The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

MICHEL ONFRAY OU LE CHARLATANISME INTELLECTUEL Spécial

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

Ibn Hadjar, célèbre commentateur du non moins célèbre recueil de traditions authentiques écrit par l’imam Al-Bukhârî, disait déjà il y a quelques siècles : « Quiconque s’exprime sur un sujet qui ne relève pas de ses compétences ne peut dire que des sottises ».

Michel Onfray, le philosophe français, coqueluche des médias traditionnels, vient illustrer de manière parfaite la sentence d’Ibn Hadjar. Invité sur le plateau de l’émission On n’est pas couché sur la 2, animé par Ruquier, le fondateur des universités libres, comme il aime à le rappeler, s’est lancé dans une diatribe contre le Coran qui démontre son ignorance abyssale de ce texte sacré.

Ainsi, pour Onfray le Coran serait foncièrement violent. Le musulman pacifique, bon et altruiste ne l’est en réalité que par sa trahison pour la parole divine. Pour démontrer le bienfondé de ses propos, il sélectionne un certain nombre de passages qui abordent des questions guerrières ou qui relatent des récits relatifs aux peuples antiques punis par divers châtiments.

Ensuite, le philosophe s’extasie et nous livre sa conclusion qui émane des profondeurs de sa réflexion : le Coran invite ses partisans à exterminer les incrédules jusqu’au dernier, à décapiter tout ce qui bouge, à massacrer et à s’en prendre aux juifs pour la seule raison qu’ils sont juifs. De plus, il fait l’éloge de la noyade, de la crucifixion, de la misogynie, et j’en passe.

En quelques secondes, Onfray qui prétend avoir lu le Coran avec différentes traductions s’extasie de faire découvrir à son auditoire l’envers du décor du Livre des musulmans. Par ailleurs, les chroniqueurs de l’émission, Caron en tête, ont tenté de rétorquer par un argument fallacieux en bottant en touche. Pour ces derniers, la Bible aussi contient des passages violents. À ce titre, quelques sites musulmans se sont empressés de relever ces passages bibliques qui relatent des appels au génocide.

Cependant, cette façon de traiter le sujet relève davantage du cadre émotionnel que de l’ordre rationnel. En effet, le Coran n’a nullement besoin d’être mis en concurrence avec un autre texte sacré. Il est le sujet de son histoire.

Ce n’est pas en comparant les passages guerriers du Coran et de la Bible qu’Onfray réviserait son jugement. Pour lui, toutes les religions se valent et il convient de s’en débarrasser définitivement, car la seule religion de vérité à ses yeux est celle de l’athéisme.

En effet, l’athéisme au même titre que le paganisme ainsi que toutes les idéologies mises en place par l’homme sont des modes de pensée qui structurent la vision du monde. En somme, toutes les doctrines sont des religions. Naturellement l’athéisme en fait partie.

Dans cet article, je vais m’employer à mettre en évidence le manque de rigueur intellectuel de notre philosophe national, censé former en quelque sorte les esprits de ses concitoyens. Pour Onfray, il suffit de prélever des versets ici et là pour démontrer le bienfondé de sa thèse. Il vient conforter la conception de Paul Valéry au sujet de l’Histoire, lui qui disait : «L'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout, et donne des exemples de tout ».

En vérité, cette façon de procéder s’applique à tous les textes qui structurent nos sociétés dites modernes. En ne sélectionnant que des lois répressives du Code pénal français, on serait tenté de croire que la France est un pays qui a pour seul objectif de condamner à la réclusion criminelle ceux qui vivent sous son territoire. Que dire de la Marseillaise ? Selon la méthodologie Onfrayiste, elle serait un hymne racialiste qui invite au massacre et au cannibalisme dont le point d’orgue est : « Qu’un sang impur abreuve nos sillons ! ».

Suivant les propos d’Onfray, les Français au même titre que les Américains qui appliquent la peine de mort tout comme les musulmans, seraient des peuples schizophrènes qui prélèvent dans leurs codes de lois respectifs ce qui convient à leur personnalité.

Ainsi, le Français peut justifier son racisme belliqueux en se référant à la Marseillaise, il est en mesure aussi de justifier la séquestration d’un criminel dans sa cave en se référant au Code pénal. De son côté, l’Américain peut expliquer l’injection létale qu’il administre à autrui en faisant appel aux lois de son État.

Immédiatement, nous apercevons le caractère absurde de ces raisonnements. N’importe quel citoyen de ces deux pays est capable de décerner entre la constitution qui garantit un certain nombre de droits primordiaux parmi lesquels figure la séparation des pouvoirs et se faire justice soi-même. De même, l’hymne national symbolise l’union de la nation dans l’adversité et non à tuer son prochain.

Ça parait absurde quand nous parlons de ces gens qui se font justice eux-mêmes sur la base de la loi du pays où ils vivent. Cette absurdité disparait pour Onfray quand il s’agit des musulmans. Pour lui, il est totalement compréhensible qu’un musulman tue des innocents, car le Coran justifierait le meurtre.

Je veux bien que ce soit dans l’air du temps de s’en prendre directement aux musulmans, néanmoins il convient de réfléchir un tantinet avant de présenter une opinion bancale qui s’apparente davantage à une choucroute infecte.

Sur la base de cette méthode onfrayiste, en respectant la lettre du Coran, nous pouvons justifier la condamnation de la prière : « Que soient damnés ceux qui prient » (sourate 107 verset 4). Nous pouvons aller encore plus loin et soutenir l’athéisme : « Sache qu’il n’y a nul dieu » (Sourate 47 verset 19).

Il est possible de faire durer longtemps ce petit jeu bête et méchant. Il suffit de tronquer des passages dans n’importe quel livre et montrer à quel point l’auteur est misogyne, injuste, infâme, j’en passe et des pires.  

Cette tentative médiocre d’Onfray démontre une fois de plus le désarroi cérébral de cette élite médiatisée qui n’intervient au final que pour soutenir des idées préconçues et foncièrement puériles et surtout malhonnêtes. Quand nous faisons l’économie de la rigueur intellectuelle nous ne pouvons prétendre à mieux que d’être qualifié de charlatan de la pensée.

La contextualisation des passages du Coran est une règle fondamentale pour qui veut s’initier un tant soit peu aux sciences de ce Livre saint. Quant à la théorie de la guerre, telle qu’elle apparait clairement dans le Coran, nous lui avons déjà consacré plusieurs articles dont voici les liens :

L’ISLAM APPROUVE-T-IL LA VIOLENCE ?

L’ISLAM S’EST-IL RÉPANDU PAR L’ÉPÉE ?

L'ISLAM ENTRE GUERRE ET PAIX

LES RAISONS DES GUERRES CONDUITES PAR LE PROPHÈTE PAIX SUR LUI

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com