The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LA RADICALISATION OU LE NIHILISME MODERNE Spécial

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Nombreux sont ceux qui se posent la question de savoir comment ce monstre étrange nommé Daesh est apparu. Chacun y va de sa petite analyse. La majeure partie des réponses apportées sont d’ordre sociologique. Ainsi, la radicalisation proviendrait d’un sentiment de rejet et d’injustice qui anime le dominé socialement et culturellement. Pour étayer cette thèse, on présente alors les profils misérables des tueurs de Paris et de ses environs. Aussi respectable soit cette approche, il n’en demeure pas moins qu’elle reste fragile, voire superficielle. D’autres profils complètement différents ont rejoint cet univers idéologique. L’explication marxisante est donc insuffisante.

Cette organisation criminelle attire dans ses filets une certaine jeunesse à la recherche d’un idéal fantasmé, notamment en lui miroitant les quelques dizaines de vierges dont ils pourront profiter immédiatement après s’être fait exploser. Le schéma idéologique qui structure l’imaginaire de cette jeunesse émane d’une mythologie nihiliste qui ne produit du sens qu’à travers le sang et la destruction. Le phénomène que représente Daesh répond à un véritable besoin de réalisation de soi dans une société où les repères entre le Bien et le Mal s’effacent progressivement. En effet, d‘un côté, les politiques déclarent la guerre à cette association de malfaiteurs et d’un autre côté ils décorent de la Légion d’honneur les partisans de cette même idéologie corrompue.

Ne vous méprenez guère sur le désir de ces individus transfigurés par une bâtardisation dogmatique. Le militant daeshite partage les mêmes aspirations que le bédouin anobli par le pétrole. On est donc confronté à un jeu de dupes où le pouvoir, le sexe et l’argent sont les fondements de cette religion trinitaire. Tous les daeshites partagent les mêmes rêves : avoir un poste de commandement, profiter d’un maximum d’esclaves sexuelles et renforcer leur manne financière.

À ce degré de nivellement par le bas, ils sont dans le même système de valeur qu’un propriétaire de casino à Las Vegas. Diriger une troupe entièrement acquise à son service comme des chiens de garde, profiter de la chair plus ou moins fraiche et rentabiliser les caisses voilà les maîtres mots qui gouvernent l’esprit de ce groupe. Ils sont persuadés de détenir la vérité absolue au point de distribuer des excommunions au rabais. Leurs premières victimes sont avant tout des musulmans qu’ils ont requalifiés en apostats. Pour avoir cette marque, il suffit de les contredire.   

Tous ces simulateurs qui soutiennent sur les réseaux sociaux ce groupe cancérigène implanté dans le corps de la communauté expriment l’incohérence qui structure leur identité. D’une part, ils se réjouissent des horreurs commises par cette bande de truands et d’autre part ils ne changeront absolument pas leur confort avec la réalité du terrain. Les garnements du clavier laissent leur instinct primitif exhumer la haine viscérale qui gît dans les profondeurs de leur rage contre l’impérialisme occidental. Cependant, ils seront incapables pour la plupart d’entre eux de troquer une soirée League des Champions avec une journée dans le brasier syrien. Ils vivent dans ce bouillon par procuration. Ils sont à des années-lumière de l’Islam et de ses principes qui défendent la liberté de conscience, la justice sociale, la dignité humaine, le savoir-faire et l’excellence dans le comportement.

Daesh attire car il y a un vide idéologique. Le projet que cette entité met sur le marché répond à un besoin existentiel. De même, il répond à une autre logique, pilotée par d’autres forces, qui a pour objectif d’épuiser l’énergie de cette communauté symbolisée par sa jeunesse. Le financement de cette organisation et son approvisionnement militaire et logistique ne proviennent pas du néant. Daesh, qui est un idéal pour ses partisans, disparaîtra automatiquement dès lors que les musulmans proposeront une alternative concrète à cette vision binaire du monde. C’est la seule condition pour qu’ils cessent de l’alimenter en vies humaines.

À ce propos, la parole de Dieu montre la voie. Suivant la perspective coranique, l’objectif des humains dans cette vie est l’adoration absolue de Dieu qui se manifeste par la concrétisation de Sa volonté sur les plans spirituel, social, politique, économique et culturel. Force est de constater que les musulmans sont assez loin de ces objectifs majeurs.

La spiritualité est superficielle. Cette relation de transcendance qui doit réconcilier le musulman avec lui-même et mettre en évidence son devoir de cohérence est en crise. Ce dernier triche, vole, ment et trahit ses engagements tout en posant son front au moins 17 fois par jour. Il y a un énorme décalage à combler.

Sur le plan social, le musulman est un individualiste comme le restant de la société, seul son confort personnel l’intéresse. Ce qui structure fondamentalement la société c’est l’éducation au sens large et le tissu associatif. Malheureusement dans cet espace notre investissement est minime. Sur le plan politique, il y a un désengagement presque total et même quand il y a engagement c’est une lutte pour le pouvoir. Le développement de la cité et la défense de l’intérêt général, comme la préservation de l’environnement, sont loin d’être une priorité. Quant au domaine économique, le musulman est un vulgaire consommateur qui se pose rarement la question sur la légitimité de son argent et encore moins comment il le dépense. Enfin sur le plan culturel, la qualité des œuvres artistiques produites et consommé par la communauté est de très médiocre facture.

Quand nous inverserons cette tendance, nous ne poserons plus la question de savoir comment lutter contre l’idéologie de destruction, car celle-ci aura cessé d’exister depuis longtemps. 

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com