The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante : « Un jour, un homme israélite se rendit auprès d’un autre homme pour lui emprunter mille pièces d’or.  Le débiteur exigea de l’emprunteur un garant et ce dernier lui dit : Dieu suffit comme garant. Le débiteur accepta. Puis hésitant quelque peu, il réclama un témoin, et l’autre lui dit : Dieu suffit comme témoin. Il accepta encore.

Les deux hommes fixèrent une échéance pour le remboursement de l’emprunt. L’emprunteur prit la mer et régla ses affaires. Quand, il finit, il chercha un navire pour revenir rembourser sa dette. Il n’en trouva aucun. Il prit un bout de bois, il le perça puis il y plaça la somme qu’il devait à son créditeur, le tout accompagné d’une lettre explicative. Il renferma la bûche et se dirigea vers la mer.

Avant de jeter le bout de bois, il invoqua Dieu en ces termes : ‘‘Seigneur ! Tu sais parfaitement que j’ai emprunté cette somme à untel. Quand il m’a demandé un garant et un témoin, je T’ai pris pour garant et témoin et il accepta. Seigneur ! Tu sais également que j’ai longuement cherché un navire pour revenir, mais je n’ai rien trouvé pour traverser. Je te confie alors cette somme’’.  Puis, il la jeta à l’eau. L’homme retourna au port pour essayer de trouver un navire afin de retourner dans son pays.

Durant ce temps, le débiteur sortit de chez lui pour se rendre au rendez-vous fixé. Il patienta longuement pour voir un navire accoster. Quand il ne vit aucun mouvement à l’horizon, il décida de retourner chez lui où sa femme et ses enfants l’attendaient. Au même moment, il aperçut un bout de bois longer la côte, il le prit pour servir de bûcher dans la cheminée.

Quand il le découpa, il trouva la somme d’argent avec la lettre froissée. Quelque temps plus tard, l’emprunteur, trouva une barque et traversa pour aller régler sa dette. Il s’excusa de son retard et invoqua l’impossibilité pour les navires de traverser. Le débiteur en prit acte et lui demanda :

-       M’as-tu expédié quelque chose auparavant ?

-       Je viens de te dire que je n’ai pas trouvé de navire, et celui que je viens de prendre était le premier à traverser.

-       Sache que Dieu s’est acquitté de ta dette par la bûche que tu as envoyée. Reprends tes 1000 dinars et reprends la route l’esprit apaisé ».

 

Al-Bûkhârî, n° 2291

 

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com