The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LA PARTICIPATION DU PROPHÈTE (PSL) À LA RECONSTRUCTION DE LA KA’BA

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

À la suite de pluies torrentielles et à un incendie provoqué par inadvertance, la Ka’ba (le cube noir au centre de la mosquée sacrée de la Mecque) dut être reconstruite. La tribu de Quraysh avait pour habitude de garder ses trésors dans cet endroit. Un soir, alors que tous les mecquois étaient endormis, un voleur portant le nom de Duwayk s’introduisit à l’intérieur de cette bâtisse pour dérober le butin. Après une enquête rondement menée, ils finirent par découvrir l’auteur du casse. En guise de châtiment à cette transgression, les chefs de la cité lui coupèrent la main.

Au même moment, l’empereur byzantin avait chargé un navire de matériels de construction pour rebâtir une église détruite par les Perses en Abyssinie. Lorsqu’il arriva près de Djeddah, une violente tempête le fit chavirer. L’épave fut jetée sur la côte. Lorsque les Mecquois apprirent cette nouvelle, ils s’y rendirent pour récupérer le bois et le matériel que contenait ce navire.

Les Qurayshites engagèrent un menuisier copte pour réparer les dégâts subis par la Ka’ba. Quand ils entamèrent les travaux, un énorme serpent surgit d’un puits qui escalada ensuite ses murs. Effrayés par cette bête menaçante, ils abandonnèrent dans un premier temps ce projet. Quelques jours plus tard, un rapace d’une envergure considérable fonça sur le serpent et l’emporta au loin. Ainsi, les Qurayshites purent reprendre la restauration de ce monument sacré.

Avant que les travaux ne commencent, Abû Wahb, l'un des oncles paternels du Prophète, paix sur lui, prit la parole et s’adressa à la foule qui s’était dressée devant lui : « La reconstruction de la Ka’ba ne doit provenir d’aucun financement illicite, par conséquent nous n’accepterons aucune contribution venant de la part des proxénètes, ni des usuriers ni des oppresseurs ».      

La reconstruction fut divisée en plusieurs chantiers, chaque clan devait s’occuper d’une façade. Ils ont tout d’abord commencé par amasser les pierres, le Prophète, qui avait à cette époque 35 ans, participa activement à cette tâche. Il transportait de grosses pierres alors son oncle Al -‘Abbâs lui suggéra de ramener une partie de sa tunique sur son épaule pour que cette manœuvre soit moins douloureuse. En tentant d’appliquer ce conseil, une partie de son corps se découvrit. Aussitôt, il tomba par terre et demanda à ce qu’on lui remette sa tunique comme elle l’était.

Quand les Qurayshites durent la détruire pour la reconstruire, ils hésitèrent. Ils avaient peur qu’un malheur s’abatte sur eux. Le seul qui osa prendre la pioche et fracasser une partie du mur fut Al-Walîd b. al-Mughîra. En même temps qu’il frappait sur les roches, il invoquait Dieu pour le préserver de tout mal, car il ne visait par cette intervention que le bien. Cependant, les Qurayshites restèrent sceptiques, ils attendirent le lendemain pour voir si Al-Walîd n’avait subi aucun accident fâcheux. Au lever du soleil, ils constatèrent qu’il était encore là à poursuivre ce qu’il avait entamé la veille.

Tous les clans se joignirent à lui pour achever la déconstruction. Ils ne cessèrent cette démolition que lorsqu’ils arrivèrent aux fondations posées par le Prophète Abraham, paix sur lui.  Un homme voulut retirer les pierres de ces fondations, mais quand il frappa avec sa pioche c’est toute la Mecque qui a tremblé. Alors, ils décidèrent ne pas aller plus loin.

Une fois que la Ka’ba fut entièrement aplanie, les Qurayshites commencèrent la reconstruction. Soudain, tout le monde s’arrêta de travailler quand ils arrivèrent à l’endroit le plus prestigieux : l’emplacement de la pierre noire. Chaque clan voulait se prévaloir du privilège de poser à sa place cet objet qu’ils considéraient comme sacré. Des intimidations et des affrontements à distance eurent lieu, ils étaient même prêts à en découdre par les armes. Les clans conclurent des alliances les uns avec les autres pour ne pas céder ce droit aux autres. 

Les négociations furent bloquées durant quatre ou cinq jours. Ils se réunirent près de la mosquée sacrée pour trancher une bonne fois pour toutes cette affaire. Le doyen de Quraysh, Abû Umayya leur proposa une solution aléatoire. Il leur dit : « Assemblée de Quraysh, prenez comme arbitre à votre conflit la première personne qui entrera par la porte de ce lieu sacré». Par respect à leur doyen, les Qurayshites acceptèrent cette proposition.

Tous les regards étaient rivés sur cette porte, chaque groupe espérait que ce soit un homme de son clan qui entre le premier. Comme Dieu fait toujours bien les choses, l’homme qui devait trancher dans ce conflit n’était autre que le Prophète, paix sur lui. En le voyant franchir la porte, ils s’exclamèrent tous : « C’est notre homme de confiance ! C’est Muhammad ! Nous acceptons sa décision ».

Quand il fut informé de cette grave situation, le Prophète, paix sur lui, calma les esprits et rassura toutes les personnes présentes. Il demanda à ce qu’on lui apporte une étoffe, puis il y plaça au centre la pierre noire. Ensuite, il enjoignit à chaque clan de tenir une partie de l’étoffe. Ainsi, toutes les tribus participèrent à transporter cet objet de valeur. Quand ils arrivèrent là où la pierre noire devait être installée, le Prophète, paix sur lui, la saisit et la posa à sa place. Les Qurayshites purent poursuivre la restauration de la Ka’ba jusqu’à sa finition. Désormais, la Ka’ba était d’une hauteur de 18 coudées et sa porte fut surélevée pour éviter l’introduction des eaux à l’intérieur. La toiture fut charpentée par des planches de bois.  Ainsi s’acheva la reconstruction de la Ka’ba.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com