The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LE PROPHÈTE NÛH (NOÉ), PAIX SUR LUI, ET LA CONSTRUCTION DE L'ARCHE

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Dans le précédent épisode, nous découvrîmes comment le prophète, Nûh, paix sur lui, déploya toutes ses forces pour tenter de guider son peuple sur le droit chemin. Cependant, quand il apprit via la révélation que cette plèbe était irrécupérable, il changea alors complètement de stratégie à son égard.

Dieu recommanda à Nûh de ne laisser transparaitre le moindre signe de tristesse pour ce peuple arrogant, car son sort était déjà scellé. Par cette recommandation, Nûh comprit que sa mission arrivait à son terme. Il leva les mains au ciel et invoqua Dieu : « je suis vaincu, c’est à Toi de vaincre » (La Lune, 10). Dans un autre verset, il clama avec force : « Mon Seigneur, secoure-moi de cela même sur quoi ils me démentent » (Les Croyants, 26).

Nûh, paix sur lui, constata les dégâts dans son propre foyer. Sa femme se retourna contre lui et se rallia à ce peuple de dégénérés. De ce fait, il n’est pas étonnant de voir un prédicateur rencontrer des situations aussi douloureuses que celles de ce noble prophète.

En effet, il n’est pas aisé de gérer un cas comme celui-ci. Le Coran rappelle cette difficulté à laquelle Nûh était confronté : « Dieu utilise pour les mécréants l’exemple des femmes de Loth et de Nûh. Toutes deux étaient sous la responsabilité de deux adorateurs d’entre les Nôtres : des gens justes. Elles les trahirent, cela ne leur servit de rien contre Dieu. Il fut dit : entrez dans le feu avec les entrants » (L’Interdiction, 10).

La trahison dont il est question dans ce verset fait allusion aux secrets que Nûh confiait à sa femme qu’elle répétait ensuite à son peuple. Elle se chargeait de divulguer à ses ennemis les noms de tous ceux qu’ils l’avaient suivi. C’est une trahison de confiance qui ne concerne en rien l’infidélité dans le couple, car les épouses des prophètes, mêmes mécréantes, restent chastes.  

Cette femme réussit également à détourner leur fils et à faire de lui un mécréant. Cette malheureuse se mit à dénigrer son mari et à se moquer de lui publiquement. Pour éloigner les gens de Nûh, elle leur répétait qu’il était fou et que ses propos étaient incompréhensibles et surtout sans intérêt. Elle les mettait en garde contre l’abandon du culte des idoles. En résumé, elle était une épine parasitaire sur son long chemin de prédication.

Un jour, Nûh vit un vieillard accompagné de son petit-fils. Le vieillard ne cessait d'avertir l’adolescent contre ce lui. Alors le jeune homme dit à son grand-père :

-        Pourquoi avez-vous laissé cet homme troubler votre vie durant tout ce temps ?

-        Qu’aurions-nous dû faire mon enfant ?

-        Eh bien ! prenez des  caillasses et lapidez-le !

Quand Nûh entendit ces propos, il se rendit compte que c'était le début de la fin. La nouvelle génération était pire que l’ancienne. Il livra alors son peuple à son effroyable sort. Nûh reçut la révélation : « Construis l’arche sous Nos yeux et selon Notre inspiration. Ne M’importune plus à propos des iniques : ils seront engloutis » (Hûd, 36).

Dès qu’il reçut cet ordre, Nûh se mit au travail : « Le voilà donc à fabriquer l’arche. Chaque fois que passait là un notable de son peuple, il se moquait de lui ». Nûh lui répondait : « Vous vous moquez de nous ? Nous nous moquerons de vous comme vous vous moquez. Demain, vous saurez sur qui va s’abattre un châtiment avilissant, outre qu’un châtiment qu’il subira pour toujours » (Hûd, 39).

Auparavant, Nûh n’avait aucune connaissance de la construction des navires. Il habitait probablement une région qui se situait loin des côtes. En un instant, il acquit une solide maîtrise de l’ingénierie navale. Ce prodige surprit naturellement son peuple. Cependant, au lieu de réfléchir et de se remettre en question, il s’enfonça dans la dénégation.

Ce peuple égaré s’adressait à Nûh sur ce ton plein de sarcasme : « Es-tu devenu charpentier après avoir été prophète ? Et que vas-tu faire avec un bateau sur ces vastes terres ? ». Nûh poursuivait son travail sans prendre le temps de répondre à ces moqueries. Il savait pertinemment que désormais c’était peine perdue.

La seule réponse qu’il leur adressa était semblable à l’adage bien connu : rira bien qui rira le dernier ! Cette jubilation que ressentait son peuple ne dura que très peu de temps. En un rien de temps tout a changé. Cette vermine devait être nettoyée entièrement de la surface de la terre comme Nûh l'avait demandé.

Quand il eut fini de bâtir l’arche, Nûh attendit le signe annonciateur du déluge. Ce signe se manifesta à travers le bouillonnement du four de la maison. Dans une autre interprétation, le bouillonnement du four fait allusion à l’irruption soudaine d’un volcan. Quoi qu’il en soit, au moment où Nûh vit le signe, il accourut pour avertir les croyants afin de les mettre à l’abri. Le jour terrible tant attendu par les mécréants arriva !

Nûh se mit aussi à chercher les animaux des environs pour les sauver de la noyade. À cet égard, Dieu dit à Son messager et à la petite assemblée de croyants : « Chargez-y deux partenaires de chaque espèce » (Hûd, 40). Il fit monter un taureau et une vache, un coq et une poule, un mouton et une brebis, un cheval et une jument et ainsi de suite pour les préserver de l’extinction.

La présence de toutes ces espèces nous renseigne sur la dimension impressionnante de ce navire. Le premier étage de l’arche était réservé aux animaux et le second pour la petite communauté de croyants : « Ceux qui avaient cru avec lui n’étaient qu’une poignée » (Hûd, 40). D’après Ibn ‘Abbâs, les croyants ne dépassaient pas les 80 personnes.

Dès lors que tout fut mis en place dans l’arche, Dieu déchaîna les forces de la nature : « Nous ouvrîmes les portes du ciel à l’eau en cataracte, puis Nous fîmes fuser la terre en sources, toute l’eau s’est rejointe dans des limites déjà fixées » (La Lune, 11-12). Une pluie torrentielle se déversa sur la terre entrainant une montée des eaux aussi rapide qu’imprévue. De même, les sources de la terre jaillirent de partout. En un temps record, un océan s’est formé ! L’eau avait englouti toutes les surfaces à l’horizon.

Prochainement, in shâ’a Allah, nous finirons le récit de l’Arche.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com