The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

L’IMAM AN-NAWAWÎ : SA VIE SON ŒUVRE

Évaluer cet élément
(1 Vote)

   

 

L'éminent docteur et célèbre Hâfidh Muhyi al-Dîn, Abû Zakaryâ', Yahyâ b. Sharaf b. Murrî b. Hassan An-Nawawî

Il naquit en Muharram 631/1233 à Nawâ qui est une localité proche de la région de Hawrân en Syrie. Il est issu d'une famille connue pour sa piété et son sérieux. Il mémorisa le Coran à dix ans. Il s'intéressa ensuite à la jurisprudence et s’appliqua à fréquenter les cercles de savoir des érudits de sa région.

Un de ses premiers professeurs est le shaykh Yâssîn b. Yûsuf al-Murrâkushî, qui a remarqué la réticence du jeune Yahyâ à jouer avec ses camarades et son désir pour l'apprentissage de la science. Ce shaykh alla voir son père et lui conseilla de permettre au jeune Yahyâ de se consacrer à la science, il répondit positivement à cet appel. En 649 de l'hégire, An-Nawawî se rendit en compagnie de son père à Damas pour parfaire son apprentissage à l'école Dâr al-Hadîth. Il occupa alors une petite chambre située à l'est de la mosquée des Umayyades.  En 651 il accomplit le pèlerinage avec son père puis retourna à Damas.  

 

Une vie consacrée à la science

La vie d'An-Nawawî s'est distinguée, lors de son séjour à Damas, par trois caractéristiques. La première est son implication dans la recherche du savoir et sa soif de se former très tôt dans ce domaine. Il s’intéressa alors à tous les savoirs de son époque qui lui étaient disponibles et qu'il jugeait profitables. Il prit donc goût à s'instruire, cette saveur il ne la trouvait nulle part ailleurs. Il avait de surcroît une mémoire impressionnante. Ainsi, il apprit en quatre mois et demi le Tanbîh, l'ouvrage de droit shâfi'ite d'Abû Is-hâq Ash-Shirâzî (m. 476). Du même auteur, il apprit, le reste de l'année, un quart de son ouvrage al-Muhaddab consacré aux actes d'adorations. Il attira très rapidement l'admiration et l'affection de son maître Abû Ibrâhîm, Is-hâq b. Ahmad al-Maghribî. Il le prit comme assistant pour les cours qu'il dispensait.

La seconde caractéristique par laquelle s'est distingué An-Nawawî est son savoir encyclopédique et sa très large culture. Il joint à son sérieux dans l'étude, une implication à se doter d’un savoir fécond et d’une culture diversifiée. Son disciple, 'Alâ' al-Dîn b. al-'Attâr, nous informe qu'il participait, tous les jours, lors de sa période d'apprentissage, à douze cours dans les différentes branches du savoir. Deux cours à étudier l'ouvrage le Wasît d'al-Ghazâlî dans le droit shâfi'ite, un troisième à étudier le Muhaddab d'Ash-Shirâzî, un quatrième à étudier à la fois les recueils d'al-Bukhârî et Muslim, un cinquième cours juste celui de Muslim, un autre cours à étudier le Luma', ouvrage de grammaire d'Ibn Ginnî. Le cours suivant à étudier la langue arabe cette fois en s’appuyant sur l'ouvrage Islâh al-mantiq d'Ibn As-Sikkît et un autre cours de conjugaison. Il poursuivait par l'étude de la théorie des fondements du droit tantôt en se basant sur le traité al-Luma' d'Ash-Shirâzî tantôt sur al-Muntakhab de Fakhr al-Dîn Ar-Râzî. Il étudiait ensuite un autre cours traitant de la biographie des rapporteurs et enfin un cours traitant des fondements de la religion. Il écrivait et apprenait tout ce que dictaient ses professeurs.

La troisième caractéristique par laquelle s'est distingué An-Nawawî, c'est l'ampleur de son oeuvre. Il composa son premier traité en 660, à l'âge de trente ans. Il bénéficia de la grâce divine au niveau du temps et de l’effort fourni, ce qui lui a permis d'écrire de nombreux ouvrages saisissants. Il s'efforçait de simplifier son expression, de clarifier ses idées tout en proposant une solide argumentation pour défendre ses positions. Il s'attachait à être juste et respectueux lorsqu'il discutait les avis des autres juristes. Cette grâce dont bénéficient ses ouvrages dépasse les zones géographiques et les époques. Encore de nos jours, ils sont étudiés avec assiduité et sérieux partout où les musulmans sont installés. 

           

 Al-Isnâwî nous rapporte une justification subtile et satisfaisante à la profusion de la production intellectuelle du grand docteur. Il écrit : "Sache que le shaykh Muhyî al-Dîn, que Dieu lui fasse miséricorde, lorsqu'il se consacra à la théorisation et à la synthétisation de son savoir, il s’aperçut qu'il fallait réaliser rapidement ce travail. De tout ce qu'il apprenait, il en fit des ouvrages. De ce fait, ses compositions étaient des cours et ses cours des compositions. Cette façon de faire est par ailleurs un bon objectif et une belle finalité, sans cela il n'aurait jamais pu écrire autant d'ouvrages".

 

Ses professeurs

1. Dans la jurisprudence :

- 'Abd al-Rahmân b. Ibrâhîm al-Fizârî, Tâj Ad-Dîn, connu sous le nom d'al-Firkâh (m. 690).

- Is-hâq b. Ahmad al-Maghribî, professeur à l'école Rawâhiyya (m. 650).

- 'Abd al-Rahmân b. Nûh al-Maqdisî, muftî de Damas (m. 654).

- Sallâr b. al-Hassan al-Halabî, docteur de l'école shâfi'ite en son temps (m. 670).

2. Dans la tradition prophétique :

- Ibrâhîm b. 'Isâ al-Murâdî al-Andalusî, éminent hâfidh (m. 668).

- Khâlid b. Yusuf An-Nâbulsî, Zayn al-Dîn, grand expert en la matière (m. 663).

- 'Abd al-'Azîz b. Muhammad al-Ansârî al-Shâfi'î, professeur émérite (m. 662).

- 'Abd al-Rahmân b. Abî 'Umar al-Maqdisî, un des plus grands professeurs de la discipline (m. 682).

- 'Abd al-Karîm b. 'Abd al-Samad al-Huristânî, 'Imâd al-Dîn, juge suprême (qâdhi al-qudhât) à la cour de Damas (m. 662). 

Et des dizaines d'autres grands professeurs.

 3. Dans les fondements du droit :

Il étudia chez plusieurs professeurs dont le plus célèbre est 'Umar b. Bandâr al-Tufalyasî Ash-Shâfi'î (m. 672).

4. Dans la langue arabe :

Il suivait les cours d’Ahmad b. Sâlim al-Misrî, Abû al-'Abbâs (m. 664). Il étudia également chez al-Fakhr al-Mâlikî. 

 

Les ouvrages étudiés :

Il étudia le Muwatta' de Mâlik, les Sahîh d’-al-Bukhârî & Muslim, le Musnad d'Ash-Shâfi'î, d'Ibn Hanbal, les Sunan d'al-Dârimî, d'An-Nasâ'î et d’Abû Dâwûd, d'Ibn Mâja, le Jâmi‘ d’At-Tirmidî,  les Musnad d'Abu Ya'lâ al-Mawsilî, d'Ad-Dârqutnî, et d'al-Bayhaqî, le Sharh as-sunna et Ma‘âlim at-tanzîl d'al-Baghawî, le livre des généalogies d'Az-Zubayr b. Bakkâr, l'épître d'al-Qushayrî, les ouvrages d'Ibn As-Sunnî, l'éthique du rapporteur d'al-Baghdâdî et de nombreux autres ouvrages.  

 

Les ouvrages composés :

Sharh Sahîh Muslim : commentaire fait sur l’ouvrage de Muslim. Irshâd et Taqrîb : ils traitent de la science du hadith. Tahdîb al-asmâ’ wa l-lughât : traité de linguistique appliqué au droit.  Minhâj al-Tâlibîn, Bustân al-‘Arifîn, Ryâdh as-Sâlihîn, al-‘Adkâr, al-Tibyân fî Âdâb hamalat al-qur’ân : ces traités ont pour vocation d’aborder les règles de bienséances et les bonnes mœurs. Khulâsat al-Ahkâm & Shrah al-Muhaddâb : ce sont des ouvrages de jurisprudence. Enfin, citons les Quarante Nawawî, l’opuscule que nous nous proposons d’étudier.

 

Ses disciples

Parmi ceux qui ont étudié chez lui, citons : le grand savant du hadith Jamâl al-Dîn al-Mizzî, le juge suprême Badr al-Dîn b. Jamâ'a, 'Alâ' al-Dîn b. al-'Attâr, Shams al-Dîn b. An-Naqîb, Shams Ad-Dîn b. 'Ajwân...

 

Son caractère et ses qualités morales

Ses biographes sont unanimes à dire qu'An-Nawawî était un grand ascète et un modèle dans la ferveur religieuse. Il n'avait pas d'égal à son époque dans ses recommandations faites aux gouverneurs, dans le commandement du bien et l'interdiction du blâmable.

Son ascétisme

L’imam An-Nawawî s'est détourné de tous les appétits qui pouvaient le freiner dans son parcours intellectuel. Il ne s'est pas marié, il n'a pas non plus profité de l'aisance de Damas lorsqu'il y séjourna. Il s'est contenté d'habiter une modeste chambre proche de l'école où il enseignait. Il n'utilisait le salaire qui lui était alloué, une grosse somme du reste, que pour réparer les locaux d'enseignement et garnir la bibliothèque de l’école Dâr al-Hadîth. Il n'acceptait ni don ni présent si ce n'est de la part de ses parents ou de personnes dont il avait confiance.

 

Son courage

Il a rappelé à l'ordre les gouverneurs de son époque, notamment al-Zhâhir Biybars, le sultan d'Égypte. Lors de son grand succès contre les tatars, le trésorier recommanda au sultan de confisquer tous les jardins de Damas dont la propriété n'est pas attestée par écrit. Les pauvres gens à qui on a retiré ces terres sont allés se plaindre auprès d'An-Nawawî qui adressa aussitôt une missive au sultan dans laquelle il le mettait en garde contre cette injustice. Le sultan n’apprécia guère le ton d'An-Nawawî à son encontre et ordonna qu'on suspende son salaire. On l’informa alors qu'il ne prenait rien pour sa personne. Fou de rage, le sultan se rendit de lui-même à Damas pour sanctionner le shaykh, mais Dieu le protégea contre ses sévices et accepta même ses exhortations.  

 

Son décès

En 676, il retourna chez lui à Nawâ après avoir rendu les ouvrages qu'il avait empruntés à la bibliothèque des affaires religieuses à Damas, puis il visita les tombes de ses professeurs. Il fit les adieux à ses amis et se rendit à la ville sainte d'-al-Quds, puis retourna près de ses parents. Il tomba brusquement malade et rendit l'âme le 24 Rajab 676/1278. Lorsque cette triste nouvelle parvint à Damas, la ville et ses alentours frémirent et pleurèrent sa disparition. Les savants de son temps qu’il avait fréquenté se sont rendus sur sa tombe pour lui rendre hommage. 

Il était un trésor de science, malgré sa soudaine disparition à 45 ans, il laissa derrière lui des ouvrages de référence dans tous les domaines auxquels il s'est intéressé. Que Dieu lui accorde une miséricorde infinie et le ressuscite en compagnie des prophètes, des véridiques, des martyrs et des vertueux. Âmîn.

 

Références bibliographiques : As-Sakhâwî, Tarjamat Muhyî ad-Dîn An-Nawawî, Ibn Kathîr, al-Bidâya wa-nihâya, t. XIII, p. 326 ; As-Subkî, Tabaqât ash-Shâfi‘iyya, t. V, p. 168-7.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

« FRAPPER SA FEMME », QUE DIT VRAIMENT LE CORAN ?

« Quant à celles dont vous craignez l’outrage, exhortez-les, éloignez-vous d’elles au lit et corrigez-les ...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com