The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LA MAISON DE LA SAGESSE (BAYTU L-HIKMA) Spécial

Évaluer cet élément
(2 Votes)

La Maison de la sagesse, bâtie à Bagdad durant le deuxième siècle hégirien, fut un espace de dialogue intellectuel et d'échange culturel de premier choix entre les civilisations. Elle est considérée comme l'une des premières universités. Cette institution fut fondée par les premiers califes abbassides, elle constitue un tournant important dans l'édification de la civilisation musulmane. Ce lieu n'était pas seulement une bibliothèque et un centre de traduction des ouvrages importés des civilisations avoisinantes, notamment les civilisations gréco-romaine, perse, assyrienne et indienne. Il fut aussi une scène de débats et de controverses entre les différents courants de pensée de cette époque-là sur des thèmes divers et variés.

La Maison de la sagesse doit son nom à la traduction arabe du terme grec « philosophie » par « hikma » qui signifie sagesse. La philosophie couvrait à l'époque tous les champs de la connaissance. Elle touchait aussi bien à la théologie qu'aux mathématiques. Ainsi, cette discipline discourait sur l'art, l'éthique, la politique et d'une manière générale sur tous les sujets de société.

Les historiens sont unanimes à propos du monarque qui sema les graines de ce projet, il n'est autre que le célèbre Hârûn Ar-Rashîd (m. 192/809), l'un des protagonistes mis en scène dans l'ouvrage des Milles et une nuits. Le noyau de départ était une bibliothèque d'archives et d'ouvrages philosophiques, que ce calife abbasside avait rapportés avec lui de ses expéditions dans l'Empire byzantin. Il l'avait baptisée la réserve ou la bibliothèque de la sagesse (Khizânatu l-hikma).

Hârûn Ar-Rashîd avait alors mandaté un homme de lettres chrétien d'obédience nestorienne pour traduire ces livres en arabe, il s'agissait de Yahyâ b. Mâssawayh. La bibliothèque contenait également quelques ouvrages provenant de la civilisation perse.

Cependant, la Maison de la sagesse n'atteignit son apogée que sous le califat d'Al-Ma'mûn (218/833), fils de Hârûn. C'est donc ce monarque qui donna à cet établissement ses lettres de noblesse. Al-Ma'mûn était connu pour son ouverture d'esprit à l'égard des autres civilisations, sa cour était peuplée d'intellectuels, de scientifiques, de poètes, de théologiens et de juristes. Sa fréquentation de ce milieu lui permit d'acquérir une culture générale non négligeable.

Al-Ma'mûn, grâce à son éducation et surtout aux nombreuses influences qui nourrirent son esprit, prit conscience que l'empire dont il avait le contrôle ne pouvait donner le meilleur de lui-même que par la confrontation des esprits brillants dans un climat serein et apaisé. La Maison de la sagesse fut alors le symbole de ces riches rencontres. Les trésors du savoir sont le monopole d'aucune civilisation, ils sont le fruit de leurs échanges mutuels. Ces savoirs sont de ce fait la propriété de l'humanité dans son ensemble sans distinction de race ou de religion.

L'un des travaux les plus imposants de la Maison de la sagesse fut celui des traductions. Ce projet fut méthodique, minutieux et global. Tous les ouvrages de langue non arabe présents dans la bibliothèque étaient traduits de manière systématique. Les manuscrits provenaient d'Alep en Syrie, de Chypre, de Constantinople qui sera rebâtie plus tard Istanbul par les Turcs. On a traduit, à titre d'exemple, les traités de médecine de Galien, les ouvrages de philosophie de Platon et d'Aristote, ou encore les manuels de géométrie d'Euclide.

La traduction était un axe de travail parmi d'autres. En Effet, la Maison de la sagesse accueillait les ouvrages des penseurs contemporains, des scientifiques et des hommes de lettres. On y mena également des recherches, on y présentait des théories qui étaient aussitôt discutées et enrichies par les savants des disciplines concernées. Cet endroit fut un véritable carrefour de savoir qui contribua fortement à la grandeur de la civilisation musulmane. Au fil du temps, elle perdit de l'influence et finit par être rasée lors de l'invasion mongole au XIIIe siècle de l'ère chrétienne.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

Toute interrogation évoquée dans le Coran et sollicitée par les compagnons auprès du Prophète (PSL) est formulée suivant...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

QUEL EST LE STATUT JURIDIQUE DES MOYENS DE CONTRACEPTION ?

  D’après Djâbir b. ‘Abdillâh, les compagnons du Prophète (PSL) pratiquaient le retrait...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com