The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LA SEXUALITÉ DANS LA PENSÉE MUSULMANE TRADITIONNELLE Spécial

Évaluer cet élément
(7 Votes)

 

Parler de sexualité dans une société conservatrice, comme l'est encore la communauté musulmane, suscite un certain malaise. S'aventurer dans ce sentier revient à risquer d'être mis à l'écart. Aborder franchement ce sujet est comme marcher pieds nus sur des braises. Soulever ce type de questions revient à naviguer dans un océan tumultueux. C'est, en effet, un projet qui porte en lui les germes de son échec. Prendre la peine de parler de sexe d'un point de vue social expose à de vives critiques fusant de toute part. 

« Si tu parles de sexe avec autant d'aisance, c'est que tu dois sûrement être un débauché et tes parents n'ont pas soigné ton éducation », se disent les adeptes du rigorisme religieux, avec néanmoins une pointe d'hypocrisie. Pour preuve, la plupart d'entre eux liront cet article jusqu'au bout espérant qu'il puisse répondre à comment combler leurs désirs refoulés. « Tu écris sur le sexe pour dévier les membres de la communauté du droit chemin », surenchérissent-ils. Comme si la jeunesse, ou pas d'ailleurs, attendait cet écrit pour dévier.

« Tu écris sur le sexe alors qu'il y a mille autres sujets plus importants, les gens ont d'autres chats à fouetter que de perdre leur temps à lire ce genre de balivernes », poursuivent-ils. Si tel était le cas, comment expliquer alors que ce type de littérature atteint des records de vente, sans parler des émissions télévisuelles ou radiophoniques qui font des audiences imbattables ? D'un côté, nous ne voulons offusquer personne ni heurter les âmes sensibles. De l'autre, nous ne prêtons la moindre attention aux incriminations de ceux qui font l'autruche et refusent de voir la réalité en face.

Les lignes qui vont suivre n'ont rien d’impudique et ne contribuent d'aucune façon à éveiller des envies. Celui qui est privé de cette satisfaction ne lira rien qui pourra le frustrer davantage. Quant à celui qui ne se prive pas de vivre des relations illégitimes, cet écrit n'a pas pour objectif de montrer la voie à suivre pour cesser ce comportement déviant. Chaque âme répondra de ses actes devant Dieu, c'est le seul conseil que nous puissions lui délivrer.

Le but de cet article est de mettre en évidence le point de vue de la pensée traditionnelle sur cette question quelque peu gênante. Pourquoi parler de sexe du point de vue des savants musulmans ? Il est inutile de rappeler que le sujet en soi attire la curiosité même des personnes les plus désintéressées. Il suffit de se référer aux conversations qu'elles soient publiques ou privées pour s'en rendre compte, elles tournent souvent autour de ce sujet. Puis, vous n'avez qu'à consulter quel est le mot le plus utilisé dans les moteurs de recherche...

Par ailleurs, le sexe est un pilier fondamental dans la vie conjugale. À lui seul, il peut la faire voler en éclat. Il n'y a pas de traumatisme plus désagréable que celui-ci. D'ailleurs, l'Islam autorise la femme à demander le divorce si son mari est impuissant. De même, une épouse qui ne satisfait pas son mari risque de mettre une bonne fois pour toute sa vie maritale dans l'embarras.

Le sexe est à double tranchant : il est soit source de jouissance, de bonheur et d'épanouissement, soit source de problèmes en tout genre, de tristesse et de chagrin. Même quand les gens essaient de lui fermer la porte et de le jeter aux oubliettes, il revient à la charge de nulle part. Quand il revient, on lui déplie alors le tapis rouge.

Certains se demandent : qu'est-ce que la religion vient faire ici ? La religion est source de réconfort et d'espoir. Même les non pratiquants ont la curiosité de découvrir ce qu'elle en dit. Certains essaient sans cesse de justifier leurs choix par des avis religieux. D'autres veulent se conformer aux principes de l'Islam de leur propre chef. Au final, tout le monde y trouve son compte.

Le Prophète, paix sur lui, recevait toute sorte de questions sur la sexualité de ses compagnons, des hommes comme des femmes. Il répondait avec la plus grande franchise et simplicité à ces questions. Son ouverture d'esprit en surprendra plus d'un, il leur inculquait des principes élémentaires avec une facilité déconcertante. Bref, il accomplissait brillamment sa mission d’éducateur et de réformateur d’une société à la dérive.

Un jour, un jeune homme s'est présenté devant le Prophète, paix sur lui, et demanda la permission de forniquer. Les gens présents se montrèrent aussitôt choqués par ce qu'ils venaient d'entendre, comme c'est bien souvent le cas de nos juristes autoproclamés. Comment ce garçon mal élevé puisse-il demander la permission pour une telle abomination ! Le Prophète, paix sur lui, le fit venir et dit : « Aimerais-tu que ta mère, ta fille, ta sœur ou ta tante fornique ? » Le jeune homme prit alors conscience de la gravité de la chose et s'écarta de lui-même de cette déviance (rapporté par Ahmad).

Muhammad Al-Ghazâlî, le penseur contemporain, disait souvent dans ses conférences : « Quand est-ce que les juristes prendront conscience et sortiront enfin du cadre juridique lié aux lieux d'aisance ? ». Il savait que les efforts à fournir pour mettre en valeur le droit musulman sont énormes. Mais pour y arriver, il faut être convaincu que la religion est un être vivant et non une chose inerte. L'Islam est une religion qui vit les tracas et les soucis des musulmans en tentant de leur apporter des solutions adéquates à leurs problèmes, et non une religion pétrifiée dans le temps qui reproduit des schémas incohérents.

Des esprits comme celui-ci nous font, malheureusement, défaut de nos jours. Même à travers la longue histoire de l'Islam quand un esprit intelligent se distinguait, les autorités légales (certains docteurs de la loi) faisaient tout pour le faire taire. Leurs productions intellectuelles étaient, pour la plupart, tuées dans l'œuf. Ils devenaient la risée de tous, surtout des simples d'esprit, et finissaient, pour certains, par être excommuniés. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé avec Muhammad Al-Ghazâlî lorsqu'il prit ses distances avec certaines interprétations incongrues.

Cet environnement aride, qui combat tout effort intellectuel original, contribua à produire une pensée juridique stérile et fondamentalement pathologique, car elle n'interpelle pas le contexte dans lequel elle s'inscrit.

La pensée juridique traditionnelle n'a dans son vocabulaire que le côté illicite des choses. Malheur à celui qui s'approche de l'illicite, tel qu'ils l'ont eux-mêmes défini, les flammes de l'Enfer vont calciner sa peau de mécréant. Cette pensée donne le médicament sans faire de diagnostic.

C'est cette impression qui se dégage quand on se penche sur la littérature juridique qui traite de la vie sexuelle, qu'elle soit d'ordre légal ou non. Les docteurs de la loi considèrent leur avis comme l'Alpha et l'Omega sur cette question. Ils jugent cette relation de leur point de vue ou devrions-nous dire de leur propre expérience. Sinon, comment expliquer qu'un de ces juristes dise qu'une femme doit se forcer à avoir un rapport avec son mari même si elle en souffre et puis de toute manière la relation sexuelle ne peut être pénible pour une femme, conclut-il. La femme est considérée comme un simple jouet dont on se sert lors des moments d’excitation.

D'autres juristes s'offusquent quand ils entendent parler de sujets qui sont à la périphérie de la relation sexuelle comme la masturbation qui est pratiquée, sans leur consentement, aussi bien par les garçons que par les filles. Nos chers prêcheurs passent leur temps à rappeler les règles de pudeur qu'il faut préserver et les principes moraux qu'il convient de respecter. Ils sont à mille lieues de la réalité vécue par les gens au quotidien.

1 Commentaire

  • Morjani

    De nombreuses personnes se posent des questions mais ils n'osent pas en parler et c'est bien dommage...il n'y a point de pudeur dans La Science !

    Kmorjani Lien vers le commentaire
RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com