The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

MANGER HALÂL OU LA CONSOMMATION SANS GENE ! Spécial

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

Notre confrère al-kanz.org, qui a fait du "halal" son cheval de bataille, nous explique ici et là que cette question est plus d’ordre économique que cultuel. Il nous dit que la plupart des commerçants surfent sur cette vague très lucrative, au point de voir certaines situations des plus incongrues, comme du cochon halal par exemple ! Nous apprenons aussi sur son site qu’il y a même des doutes sur le poulet importé par l’Arabie saoudite, que les pèlerins consomment lors du petit et grand pèlerinage.

Nous demandons à Allah, glorifié soit-Il, de le rétribuer pour ses efforts d’investigation et qu’Il lui permette de continuer sur cette voie. Par son travail remarquable, un grand nombre de nos coreligionnaires font plus attention à ce qu’ils mettent dans leurs assiettes et toutes les louanges reviennent à Allah.

Néanmoins, son action demeure insuffisante, car notre communauté est plongée dans le sommeil profond de la consommation écervelée. Effectivement, une grande partie de la communauté ne fait pas du tout attention à cette question fondamentale qui intègre notre doctrine.

Notre société de consommation, à coups de matraquage publicitaire, impose à la communauté de profiter comme tout bon consommateur des délices qui ravissent les papilles. Alors, la plupart du temps, nos frères et sœurs foncent tels des affamés quand ils entendent qu’une grande enseigne de la restauration rapide, type KFC ou Quick font du Halal.

Il suffit que celle-ci leur expose un certificat en bonne et due forme avec tampon pour qu’ils se sentent à l’aise de pouvoir croquer à pleines dents dans un burger qui les fait tellement saliver.

Plus grave encore, ce fait de société ne concerne pas seulement les moins scrupuleux sur le sujet du halal. Il n’est pas rare de voir à la caisse de ces restaurants, de longues files garnies par des frères à la pilosité bien fournie et des sœurs avec djilbab et hijab, attendant patiemment leur tour pour recevoir le saint-grâle de l’estomac.

Nous constatons donc qu’au sein de notre communauté, il y existe des gens qui n’ont trouvé pour se distinguer et exister que la consommation. La valeur de leur existence dépend du mode de vie imposé par la masse. Il faut donc mimer les autres, au point de vouloir consommer les mêmes choses qu’eux.

Peu importe la question du halal : « C’est mon droit de consommer comme tout le monde », pensent certains. Cette manière de voir les choses doit être vigoureusement dénoncée et condamnée.

De même, combien de nos coreligionnaires mangent dans des restaurants dits halal, alors que ceux-ci servent ouvertement de l’alcool. Malgré ce paradoxe flagrant, ils ne se gênent pas le moins du monde de s’y assoir et de commander.

Toutefois, il ne suffit pas de lire "halal" sur l’enseigne pour y entrer et consommer. Plusieurs raisons permettent de douter et de s’inquiéter de ces prétendus restaurateurs. De nombreux articles et reportages ont démontré clairement que la majeure partie de la viande vendue sur le territoire français n’est pas halal.

Pourtant, comme dit plus haut, cette question est avant tout d’ordre religieux. Allah, gloire à Lui, a ordonné au prophète Abraham, paix sur lui, de dire : « Ma prière, mes sacrifices, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur des mondes » (Le Bétail, 163).

Il nous semble urgent de dénoncer le laxisme qui frappe notre communauté. Il est primordial de savoir que le moindre doute sur le caractère halal d’un aliment devrait nous pousser à l’abandonner et les exemples foisonnent au sein de la tradition prophétique.

Rappelons tout d’abord le principe de précaution qui incombe à chaque croyant d’abandonner une chose douteuse pour quelque chose de sûr. Al-Hasan Ibn ‘Ali dit : « J'ai appris du Messager d’Allah, paix et salutations sur lui ce qui suit : Laisse ce qui est douteux pour ce qui est sûr ; car la vérité est source de tranquillité et le mensonge est source d'inquiétude » (Tirmidhî).

En partant du principe qu’il y a beaucoup de fraude sur la question du halal, nous devrions redoubler d’effort et de vigilance pour éviter de tomber dans l’interdit. Car celui qui tombe dans les choses douteuses tombe malheureusement dans l’illicite ! Cela est corroboré par la parole de notre bien-aimé, paix et salutation sur lui.

D’après al-Nu’mân b. Bachîr, le Prophète, paix et salutation sur lui, dit : « Certes, ce qui est licite est clair, et ce qui est illicite l’est aussi ; et entre ces deux zones se trouvent des choses douteuses ; peu de gens connaissent si elles relèvent du licite ou de l'illicite. Qui s’éloigne des choses douteuses aura assurément préservé sa religion et son honneur, et qui tombe dans celles-ci brave l’interdit » (Al-Bukhârî).

Les conséquences de manger de la viande non halal sont dramatiques. La plus dangereuse est l’éloignement de la miséricorde divine. C’est l’une des principales causes d’absence de réponse de la part d’Allah lors de nos invocations.

En effet, celui qui consomme de l’illicite, que ce soit au niveau alimentaire ou autre, se retrouve démuni du soutien du Créateur. Il n’est donc pas rare de voir nos frères et sœurs demander à Allah de les exaucer lors de leurs invocations, mais sans conséquence positive.

Selon Abû Hurayra, le Prophète, paix et salutation sur lui, mentionne : « le cas de l'homme qui prolongeant son voyage, tout hirsute et poussiéreux, tendant les mains vers le ciel s'écriant : « Seigneur ! Seigneur ! » Alors que sa nourriture est illicite, ainsi que sa boisson et ses vêtements et qu'il vit dans l'illicite. Comment serait-il exaucé ? » (Muslim).

Il y a donc urgence à ce que nous revenions à une consommation saine et basée sur les prescriptions islamiques en évitant tout doute. Des organismes qualifiés tels que AVS, Risala, Tawhid font un travail sérieux pour nous faciliter la tâche.

Concluons par le fait que cette question touche avant tout à la foi et à la rigueur de chacun. Il ne sied à nul musulman de faire passer ses envies avant sa religion et encore moins de vouloir à tout prix vivre comme l’autre au risque de sacrifier ses principes. Prochainement, nous aborderons sur le même thème, in Shâ’a Allah, la question de l’éthique lors de l’abattage rituel.

A.Z

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com