The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LES RAISONS DE L’EXPLOSION DE LA CELLULE FAMILIALE : LE MIMÉTISME SOCIAL Spécial

Évaluer cet élément
(1 Vote)

La dignité d'une personne s’acquiert d’abord au sein de la famille. Cette valeur morale consiste à forcer le respect chez autrui grâce aux principes que nous défendons.

L’objectif de cette valeur est de préserver la particularité morale de chaque membre de la famille. Désormais, la dignité est gravement menacée et peut même disparaître dans les sociétés modernes.

Il convient de savoir qu’il existe des échanges non marchands, au sein de la famille, qui diffère les unes des autres en fonction de la mémoire filiale transmise au sein du foyer de manière consciente ou non. Le membre qui perd sa particularité ne peut que s’assimiler aux autres et imiter l’ordre établi par le rouleau compresseur de la pensée unique, assistée grandement par la masse média.

L’individu moderne ne fait que reproduire de manière mécanique ce qu’il voit dans le modèle qu’on lui impose au point de perdre sa spécificité familiale. Dorénavant, le cadre familial n’est plus indispensable dans une société monochrome où les rêves sont devenus les mêmes pour tout le monde.

Cette perte d’identité ne se contente pas de fabriquer des individus interchangeables, mais elle leur fait perdre leur immunité et les rend imperméables à la réforme morale. En d’autres termes, la nouvelle conception de la famille ôte tout pouvoir à ses constituants de corriger leurs erreurs ou de renforcer leurs relations éthiques. Ce mimétisme se manifeste à travers de multiples avatars.

Mais avant d’aller plus loin, qu’entendons-nous par mimétisme ? Le mimétisme est le comportement de celui qui reproduit plus ou moins inconsciemment les attitudes, le langage, les idées du milieu ambiant ou d'un autre individu auquel il veut ressembler.

Par extension, le mimétisme s’intéresse à tout phénomène de ressemblance plus ou moins volontaire, de communion, d'identification avec un modèle référentiel. On peut compléter cette définition sociologique en disant que l’individu mimétique est celui qui veut ressembler au groupe hissé au rang de modèle, peu importe ses orientations idéologiques.

Dans le présent sujet, l’individu mimétique est donc celui qui a perdu son caractère éthique spécifique au sein de la famille soit en prenant le rôle d’autrui (le mari celui d’épouse et vice versa), soit en laissant son rôle à une autorité plus forte, qui lui fait perdre ainsi sa dignité (les éducateurs de toute sorte).

Cette situation conduit de manière irrémédiable à dissoudre la fonction première de la famille en déconstruisant les relations éthiques qui y existaient préalablement. Le mimétisme est donc une perversion qui attaque la cellule familiale chaque fois que l’un des membres de celle-ci manque à son rôle, qui entraîne automatiquement la perte de sa dignité.

Nous rappelons, à titre indicatif, que la dignité est le sentiment de la valeur intrinsèque d'une personne qui commande le respect d'autrui, ce prestige inaliénable dont jouit la personne, est justifié en raison de son comportement et de son éthique de vie.

La première caractéristique de ce mimétisme social est l’inconsistance. C’est-à-dire la marque d’un manque de cohérence de solidité et de stabilité au sein de la famille. Le foyer moderne n’a jamais été confronté à une telle crise, ou devrait-on dire, à une telle perversité.

Les changements à l’intérieur de la cellule familiale sont arrivés à un degré où chaque membre est déraciné de son rôle, non pas pour le hausser à un rôle meilleur afin de perfectionner sa moralité, mais pour l’exclure du sien et approuver, sans résister, celui octroyé aux autres.

D’une part, le mari accepte cette réalité imposée pour se conformer au cadre global. D’autre part, la femme souhaite hériter d’un rôle qui n’est pas le sien et convoite une indépendance illusoire. Le mimétisme qui a frappé de plein fouet la famille moderne a amplifié cet état de fait et a contaminé par cette inconsistance tous ses membres.

Dans ce contexte, les repères sont pulvérisés, les référents détruits et les valeurs éclatés. Bref, rien ne tient en place. La destinée de ce projet hybride s’avère épouvantable et nous en sommes qu’à ses débuts.

Plus personne n’ose remettre en cause cette disposition sinon vous êtes immédiatement taxé de rétrograde, d’arriéré, d’être antiprogrès et tutti quanti. Dans ce genre de famille, aucun membre n’est en mesure de définir clairement sa spécificité, pire, personne n’est capable de trouver sa place. La famille moderne est une véritable ratatouille. Les rôles de père, de mère et des enfants sont tous confondus.

La seconde caractéristique de la famille moderne se manifeste à travers le mimétisme législatif. La loi a aggravé la déficience et l’inconsistance du foyer familiale. Le rôle du législateur est, en principe, de poser des lois pour anticiper les éventuels dérapages des événements futurs. Ces législations doivent avoir pour finalité de réformer les situations mal embarquées d’une part, et d'autre part, d’orienter le projet social vers des objectifs bénéfiques communs.

Cette éthique du droit est laissée de côté, depuis bien longtemps. Désormais, ce qui est demandé au législateur, c'est de confirmer et de légitimer les phénomènes qui se succèdent. La loi ne construit plus de projet commun, elle est subordonnée à des désirs individualistes.

Étant donné que les usages et les comportements dans la famille moderne ne cessent de se transformer et de se modifier, la loi n’intervient plus pour prendre des initiatives correctives ni indiquer vers quelle direction se diriger pour protéger cette cellule

Le législateur intervient pour cautionner la situation présente et garantir toutes les formes et toutes les modifications profondes de la structure familiale selon ce que suggère la sociologie moderne. On est arrivé à un point où les modes se succèdent et la loi ne fait que suivre.

Le législateur qui a pour rôle de coordonner et d’organiser la famille se soumet pleinement aux phénomènes sociaux et aux sondages (mariage homo, mères porteuses, tolérance de l’adultère, perversion de la sexualité, absence de responsabilisation).

Si tel est le cas de celui qui légifère, alors que dire de ceux qui subissent cette législation, à savoir les familles modernes ! L’aggravation ne peut que croître dans une réaction en chaîne des plus destructrices du projet humain et de son intégrité.

La suite prochainement in shâ’a Allâh.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com