The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

DONNONS UN SENS À LA VIE EN LUI FIXANT UN BUT

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

Nous ne sommes pas venus sur terre pour remplir un vide ni de vivre dans l’ombre d’autres personnes. Nous ne sommes pas là non plus pour jouer de seconds rôles. Pensons à une chose : le monde a forcément changé par notre existence. Toutes les personnes avec qui nous avons parlé et les endroits où nous sommes allés ont sans conteste subi notre influence, qu’elle soit importante ou infime.

Les êtres humains forment un réseau où les décisions des uns se répercutent sur celle des autres. La théorie du chaos nous apprend qu’un battement d’ailes de papillon au Japon provoque un ouragan de l’autre côté du pacifique. Un exemple encore plus simple peut rapprocher de l’esprit cet état de fait. Quand nous faisons un don de sang, ces quelques gouttes insignifiantes pour nous peuvent sauver la vie d’un enfant.

C’est donc en donnant un sens à notre vie que nous pouvons orienter nos actes. Le bonheur auquel aspire tout individu n’est pas héréditaire, il en est de même du malheur que tout le monde veut éviter. Le bonheur est une quête qui doit suivre un parcours bien déterminé. La première étape de ce parcours est de se fixer un but dans la vie et de tout faire pour le réaliser.

Qu’attendons-nous de la vie ? Cette question doit être présente constamment dans ton esprit. C’est en répondant à cette question que nous élaborerons une stratégie pour arriver aux objectifs que nous avons visés. Parfois, les enfants maîtrisent mieux que les adultes cette situation. Quand un enfant veut obtenir un jouet de ses parents, il va utiliser toutes les ruses à sa portée pour y arriver. Il sait aussi qu’en faisant des bêtises, il n’aura rien.    

Pensons donc à ce qui nous rend heureux et fournissons l’effort nécessaire pour atteindre cet objectif. Les gens heureux ce ne sont pas ceux qui vont de succès en succès, de même les gens malheureux ce ne sont pas ceux qui échouent dans tout ce qu’ils entreprennent. Il y a souvent des similitudes entre ces deux catégories de personnes sur le plan des réussites et des échecs.

Alors qu'est-ce qui fait la différence ? La différence se fait au niveau de l’état d'esprit. Plus une personne pensera à ses échecs plus elle s’enlisera dans le pessimisme. Inversement, plus une personne pensera à ses réussites plus elle se sentira optimiste. Ainsi, tout se joue sur le plan psychologique.

Il n’est donc pas nécessaire de gagner et réussir à chaque fois pour parvenir à ses fins. Les personnes ultra-compétitives et ultras exigeantes seront toujours à la limite de ce qu’elles attendent. Si elles réussissent, elles n’éprouveront aucun plaisir, car c’est ce qu’elles voulaient. En cas d’échec, elles risquent de tomber dans la dépression. 

Satan appartenait à la classe des anges, il bénéficiait des mêmes privilèges, mais aussi des mêmes devoirs. Quand Dieu lui a ordonné avec les autres anges de se prosterner devant Adam en guise de salutation, il a refusé parce qu’il avait les yeux plus gros que le ventre. Les conséquences ont été pour lui désastreuses et au final il a tout perdu. Le fait d’avoir les dents trop longues ne peut aboutir qu’à une fin tragique.

La compétition peut devenir un obstacle pour les gens qui exigent d’eux-mêmes des résultats invraisemblables. Le moindre échec peut les mettre hors-jeu définitivement. C’est pourquoi les objectifs de notre vie doivent être cohérents les uns avec les autres.

Si les roues de la voiture ne sont pas parallèles, elle aura du mal à tenir la route. C’est pareil pour les objectifs, ils doivent être en parfaite adéquation pour avancer dans la vie. Quand les objectifs s’entrechoquent tout risque de vaciller. Il sera alors difficile de tenir la barre.

Le Prophète Moïse un jour a déclaré qu’il n’y avait pas plus savant que lui parmi les humains. Alors Dieu le met à l’épreuve. Il lui dit de prendre avec lui un poisson et de partir en voyage à la recherche d’un homme vertueux dont le savoir était supérieur au sien. Pour qu’il puisse le trouver, il fallait qu’il perde la trace de ce poisson.

Lorsque cet évènement se produit, il fait alors sa rencontre. Moïse demande à cet homme d’être son compagnon pour qu’il puisse profiter de son savoir. L’homme l’avertit qu’il aura du mal à se contenir et qu’il risque de ne pas comprendre ses actes. Moïse insiste et finit par le convaincre. L’homme lui posa comme condition de ne demander aucune explication sur le moment.

Alors, ils montent dans une barque, lorsqu’ils arrivent à destination l’homme se met à la dégrader. Moïse trouve ce geste insupportable et le rappelle à l’ordre. L’homme lui dit : « Ne t’ai-je pas averti que tu ne pouvais pas patienter ? ». Moïse s’excuse et demande à poursuivre leur chemin.

Sur la route, ils rencontrent un enfant. L’homme lui assène un violent coup et le tue sur place. Moïse trouve cet acte brutal intolérable et le rappelle à l’ordre une seconde fois. L’homme lui dit : « Ne t'ai-je pas averti que tu ne pouvais guère patienter ? ». Moïse s’excuse une dernière fois.

Ils arrivent dans un village hostile où personne n’a voulu leur offrir le gîte. Marchant quelque peu, ils trouvent un mur sur le point de s’effondrer. L’homme remet le mur d’aplomb. Moïse, surpris, lui demande d’exiger des villageois un salaire pour ce travail. Alors l’homme lui dit que leur route devait se séparer ici.

Mais avant que chacun reprenne son chemin, l’homme lui propose de lui expliquer chacun de ses gestes. D’abord, il a abîmé la barque, car elle appartenait à de pauvres gens qui l’utilisaient pour vivre. Or il y avait un roi qui confisquait toutes les barques d’une belle apparence.

Quant à l’enfant, il avait des parents croyants, en grandissant il allait leur pourrir la vie. Alors Dieu l’a rappelé vers Lui et leur a donné un autre enfant plus clément. Enfin, le mur rebâti appartenait à deux frères orphelins dans le village et leur père était quelqu’un de bien. Sous le mur se cachait un trésor. Dieu voulait qu’ils grandissent pour qu’il puisse trouver eux-mêmes leur héritage. L’homme a reconnu qu’il n’a agi que sous l’ordre de Dieu dans toutes les situations qui se sont présentées.

Cette histoire nous montre que Moïse n’a pas pu poursuivre deux objectifs à la fois : profiter de la science de son compagnon et contester ce qui lui semblait répréhensible. Ils ne pouvaient donc pas rester ensemble (voir sourate la Caverne du verset 60 au 82).

Dans la vie, il faut veiller ce que les objectifs poursuivis tirent dans la même direction. La vie professionnelle ne doit pas prendre le dessus sur la vie familiale ou inversement. La vie matérielle ne doit pas non plus prendre le dessus sur la vie spirituelle. Tout doit être parfaitement coordonné.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

« FRAPPER SA FEMME », QUE DIT VRAIMENT LE CORAN ?

« Quant à celles dont vous craignez l’outrage, exhortez-les, éloignez-vous d’elles au lit et corrigez-les ...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com