The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN Spécial

Évaluer cet élément
(4 Votes)

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier la présence dans le Coran de lettres découpées dont on ignore le sens et le Coran qui se décrit comme étant un texte clair ? N'est-ce pas là une contradiction évidente ?

Cette critique est très ancienne et les savants musulmans y ont répondu il y a bien longtemps. D'un côté, certaines sourates du Coran commencent par les lettres de l'alphabet arabe comme : Alif, lâm, mîm ou Alif lâm, râ', ou encore Sâd. De l'autre, le Coran se décrit comme étant une révélation claire (al-Hidjr [15], v. 1).

Où est donc la clarté du Coran dans ces lettres découpées ? Pour commencer, il est utile de savoir que les grammairiens font la différence entre les lettres composant un mot et les lettres de l'alphabet. Ces dernières ont chacune une prononciation spécifique. Ainsi, la première lettre de l'alphabet arabe se prononce « alif », la seconde « bâ' », la troisième « tâ' », etc. Tandis que les lettres qui composent un mot, elles se prononcent en fonction de leur position dans le mot et de leur vocalisation (a-o-i).

Les lettres dont il est question dans le Coran font référence aux lettres de l'alphabet. Nous les prononçons donc comme nous prononçons les lettres de l'alphabet. Le Coran est construit à partir de ces lettres, autrement dit, la clarté du Coran apparaît à travers les lettres qui le composent.

Il est essentiel de savoir que le Coran fut révélé à un peuple qui maîtrisait parfaitement le maniement du verbe. Le Coran lance un défi à ces orateurs hors pair pour produire ne serait-ce qu'une seule sourate de même qualité verbale. En effet, aussi bien le Coran que l'art oratoire sont construits par ces mêmes lettres, toutefois aucune poésie ni aucun discours n'ont pu égaler la puissance du Coran.

La clarté de ces lettres découpées réside dans la suprématie du Coran sur tout autre discours alors que les deux styles utilisent les mêmes éléments pour bâtir leurs énoncés. 

Pour prendre un cas concret accessible à tous, imaginons un architecte qui bâtit une villa exceptionnelle puis fournit à ses collègues une liste des outils qu'il a utilisés et leur lance le défi d'en bâtir une de même qualité. La liste des outils est comparable aux lettres de l'alphabet et la villa au texte final. En définitif, nul ne put depuis cette mise à l’épreuve relever le défi. Naturellement, Dieu est au-dessus de toute comparaison.

1 Commentaire

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com