The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

SOURATE AL-FÂTIHA : L’ADORATION ET L’AIDE SOLLICITÉEE AUPRÈS DE DIEU Spécial

Évaluer cet élément
(7 Votes)

 

« C’est Toi Seul que nous adorons et c’est à Toi Seul auprès de qui nous sollicitons de l’aide » (Al-Fâtiha, 5).

{إِيَّاكَ نَعْبُدُ وَإِيَّاكَ نَسْتَعِينُ} [الفاتحة: 5]

 

Dans les versets précédents, Dieu parle de Lui-même à la troisième personne. Il y met en relief ce que l’homme doit savoir sur l’Etre suprême pour se rapprocher de Lui. Pour y parvenir, l’être humain doit être conscient que Dieu domine tout ce qui existe. Son pouvoir est absolu et Sa clémence embrasse toute chose. De même, Dieu jugera chaque être humain en fonction de ses actions. Pour toutes ces raisons, notre Créateur mérite pleinement les louanges qui lui sont adressées au début.

Puis, dans les versets suivants, Dieu donne la parole à Ses serviteurs. Il leur apprend comment s’adresser à Lui. Le premier besoin que les serviteurs expriment est celui de l’adoration. Notons, par ailleurs que le changement de pronom personnel dans un discours fait partie des effets rhétoriques de la langue arabe. Ce changement sert à maintenir éveillée l’attention du lecteur ou de l’auditoire et le captiver, comme le relève Az-Zamakhsharî dans al-Kash-shâf (t. I, p. 13).

À ce niveau, nous devons nous interroger sur ce que signifie cette notion d’adoration. D’une manière générale, l’adoration consiste à vouer un culte exclusif et sincère à Dieu. L’homme doit consacrer toute sa vie à l’adoration de son Créateur dans un dévouement complet : «Je n’ai créé les Djinns et les hommes que pour M’adorer» (Les Vents, 56).

{وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ } [الذاريات: 56]

 

Ibn Taymiyya définit l’adoration ainsi : il s’agit de tout ce que Dieu aime et agrée en matière de paroles et d’actes, qu’ils soient apparents ou cachés (al-Fatâwâ, t. X, p. 149).

Ainsi, prier, jeûner, aller en Pèlerinage, dire la vérité, aimer Dieu et Son Messager, paix sur lui, apporter assistance à autrui, subvenir aux besoins de sa famille sont des actes et des paroles d’adoration. Toutefois, pour qu’elle soit acceptée, l’adoration doit premièrement être accomplie exclusivement pour Dieu et deuxièmement, elle doit être conforme aux enseignements du Prophète, paix sur lui.

La notion d’adoration apparaît dans ce verset sous forme verbale, elle indique ainsi le dynamisme qui caractérise cet acte dans la vie du musulman. Cela souligne l’importance de l’application pratique des principes énoncés par le Coran. L’adoration de Dieu est donc vivace et évolutive. Elle sollicite l’enthousiasme et l’énergie du croyant.

Notons aussi que le pronom personnel ‘‘Toi’’ est placé au début de la phrase pour indiquer que nul autre n’est digne d’être adoré que Dieu. Ce pronom marque une exclusivité totale des adorations que nous accomplissons.

Le second besoin exprimé est celui de la demande d’aide. L’aide sollicitée dans la seconde partie du verset consiste à ce que Dieu facilite et permette au croyant d’exécuter son travail et réaliser ses projets. À travers cette invocation, le croyant reconnaît ses faiblesses et son impuissance. En effet, il ne peut rien entreprendre sans l’assistance de Dieu.

Les serviteurs qui s’expriment dans ce verset emploient la première personne du pluriel pour s’adresser à Dieu. Le choix du pronom personnel ‘‘nous’’ n’est évidemment pas anodin. Ce pronom vient indiquer que l’adoration de Dieu est d’abord une pratique communautaire. En ce sens, le verset encourage les croyants à se sentir alliés les uns des autres. C’est pourquoi ils doivent former un corps uni, comme le rappelle le hadîth prophétique rapporté par Al-Bukhârî d’après al-Nu‘mân b. Bashîr (n° 6011). Ce ‘‘nous’’ vient indiquer également que les adorations sociales sont meilleures que celles faites individuellement.

Il faut aussi relever dans ce verset que Dieu cite d’abord l’adoration puis la demande d’aide. Cet ordre-là a aussi son importance. En effet, l’adoration est l’objectif final du croyant alors que la demande d’aide est le moyen qui permet de le réaliser. Il y a donc une hiérarchie par rapport à ces deux éléments. Nous ne pouvons adorer Dieu que s’Il nous aide.

De même, le verset ne spécifie ni le type d’adoration ni la demande d’aide. Ce point a encore son intérêt. Effectivement, cela ne restreint ni le champ des adorations ni celui de la demande d’aide. Ainsi, toute la vie de l’individu se résume à ce verset : Adorer Dieu à travers l’aide que nous lui requérons.  

D’ailleurs, Ibn al-Qayyim écrit dans ce cadre un ouvrage intitulé : Madâridj as-sâlikîn (Le sentier des itinérants), dans lequel il tente d’expliquer de manière plus ample le sens de l’adoration et de la demande d’aide exprimé dans ce verset.

De même, Ibn Kathîr relève dans son exégèse qu’une partie des savants parmi les salafs (les premières générations de musulmans) considéraient sourate al-Fâtiha comme le mystère du Coran, et le mystère d’al-Fâtiha réside dans ce verset : ‘‘C’est Toi Seul que nous adorons et c’est à Toi Seul à qui nous demandons de l’aide’’. La première partie de ce verset permet de se désavouer du polythéisme et la seconde de la prétention de posséder une quelconque puissance ni force, ce qui amène, in fine, le croyant à s’en remettre uniquement à Dieu (t. I, p. 134).

Celui qui n’est pas esclave de Dieu est forcément esclave de quelque chose. Ce verset intervient pour libérer totalement et intégralement les êtres humains de toute sorte d’esclavage. Ils se libèrent de l’esclavage de leurs passions et de celui imposé par leur semblable.

De la sorte, ils se libèrent de l’esclavage de leurs illusions parasitaires, des organisations occultes qu’ils ont mises en place, de la consommation outrancière et du statut social. Ce verset est la devise du croyant. En conséquence, la seule autorité que celui-ci reconnaît et accepte est celle de Dieu.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com