The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LES CARACTÉRISTIQUES DU DROIT MUSULMAN Spécial

Évaluer cet élément
(7 Votes)

Le droit musulman se distingue des autres codes de lois par un certain nombre de caractéristiques qui marquent sa singularité. En voici les principales :

L'origine divine : chaque musulman croit de manière ferme que la législation révélée dans le Coran et développée dans la tradition prophétique est de provenance divine. En effet, Dieu a tracé la voie à cette communauté pour qu'elle puisse se repérer dans ce monde. Ainsi, cette caractéristique sacralise les sources de cette législation. En conséquence, quand le musulman obéit aux ordres du Coran et à ceux du Prophète, paix sur lui, en réalité il obéit à Dieu. Tout ce que le croyant entreprend en ce sens est touché par la grâce divine. Les principes de ce droit ont une dimension éminemment supérieure : « Quiconque obéit à Dieu et à son Messager sera avec ceux que Dieu a comblés de ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux » (Les Femmes, 69).

La conscience religieuse : la seconde caractéristique découle directement de la première. Le croyant qui a pleinement conscience que cette législation est de source divine fait naître en lui un sentiment de profonde vénération envers elle. Aucune législation humaine ne pourra atteindre un si haut degré de respectabilité. A ce titre, le musulman fait pleinement confiance à Dieu au niveau de la définition de ses droits et devoirs. La législation divine a un avantage considérable sur le reste des lois humaines pour ce qui est la conformité au droit. Elle fait de chaque croyant son propre surveillant. Celui-ci a conscience que s'il est en mesure d'échapper à l'autorité humaine celle de Dieu ne le manquera pas. Il sait aussi que s'il peut ruser avec la loi des hommes, il ne pourra pas le faire avec celle de Dieu qui connaît ses moindres faits et gestes.

L'universalité de ses principes : la révélation coranique dès ses premières heures s'est intéressée au genre humain dans sa totalité : « Bénis soit Celui qui descendit le Décernement afin qu'il soit un avertisseur à l'humanité » (Le Décernement, 1).

  Bien que cette révélation ait eu lieu dans la péninsule arabique en langue arabe, il n'en demeure pas moins qu'elle s'adresse à l'ensemble des humains. Le Prophète, paix sur lui, a toujours voulu que son message soit universel et il a fermement insisté sur ce fondement dans ses discours. Non seulement ce droit a une aspiration universaliste, mais l'histoire démontre sa réalisation sur le plan pratique. Un siècle après la révélation du Coran les Arabes étaient largement minoritaires au niveau démographique par rapport aux autres ethnies. L'élaboration du droit musulman s'est faite dans des cultures diverses et variées.

La globalisation des domaines d'activité : le droit musulman se distingue aussi par son souci de traiter tout ce qui touche à l'activité humaine. Il s'intéresse aussi bien à la vie spirituelle qu'à la vie matérielle, il gère aussi bien les intérêts de l'individu que ceux de la communauté. Dans chaque domaine, l'Islam veut laisser son empreinte. Il se fixe des objectifs clairs et met en œuvre tous les moyens possibles et légitimes pour y arriver. Dans tous les domaines de la vie, le musulman doit vivre dans l'adoration de Dieu. En Islam, il n'y a pas de séparation entre la vie privée qui serait à Dieu et une autre vie publique qui reviendrait aux hommes, tout appartient à Dieu. Cette séparation est tout simplement irrationnelle.

La centralité des valeurs éthiques : le droit musulman place les principes éthiques au cœur de ses préoccupations. Chaque acte en Islam a une valeur symbolique. Ce qui intéresse la loi islamique en premier lieu, c'est de parvenir à ce que l'individu réussisse à triompher de sa partie maléfique. Cette victoire ne peut se réaliser qu'à travers un travail intense de purification interne. D'ailleurs, tous les versets à caractère juridique mettent en évidence la valeur morale des décisions prises. L'aumône légale, par exemple, n'a pas seulement pour objectif d'apporter assistance aux plus démunis, elle vise aussi à purifier le donneur des vices liés à l'argent et aux biens de façon générale : « Prélève sur leurs biens une aumône pour les purifier et les épurer » (Le Repentir, 103).

Le droit positif n'a cure des valeurs morales, il se préoccupe uniquement de la bonne gestion de la société, un tel système qui ne produit au final que des hypocrites.

L'humanisme : les principes du droit islamique se distinguent par la haute valeur accordée à l'homme de par sa nature en tant que telle. Dieu a même exigé des anges, Ses créatures les plus pures, de s'incliner en guise respect devant le père de l'humanité. Ce qui distingue l'homme du reste de la création c'est sa liberté de conscience, Dieu a voulu qu'elle soit intégralement préservée : « Nulle contrainte en religion » (La Vache, 256).

Le Coran ne reconnaît aucune race au-dessus d'une autre, seule la vertu distingue les hommes devant Dieu. L'Islam prend en considération toutes les spécificités de l'homme de son esprit à son corps en passant par ses sentiments. Pour échapper à tous les asservissements de la vie terrestre, l'homme n'a d'autre choix que de se soumettre au Maître de ce monde et acquérir ainsi toute sa dignité. Sans quoi, il vivra esclave de ses passions jusqu'à la fin de ses jours. 

Le réalisme : le droit islamique étudie le réel et les faits avérés. Il structure des contextes concrets et apporte des solutions souples aux nouvelles problématiques. Il s'écarte de toute conception fictive. Il ne s'enlise guère dans des pratiques protocolaires et formalistes. Tous les principes du droit islamique ont des applications pratiques. Il fait appel au sens commun et essaie de simplifier le plus possible les procédures. 

Le juste-milieu : le droit islamique se distingue également par son attitude modérée. Il s'éloigne de toute vision extrémiste ou sclérosée. Il évolue en fonction du contexte et s'adapte aux nouvelles exigences. Il garde toujours le cap pour ne pas tomber dans l'excès ni dans la négligence. Ce qui lui octroie cette conception équilibrée c'est son origine divine, car les êtres humains, aussi aptes soient-ils, restent sujets à leurs humeurs et à leurs penchants. Ils subissent, qu'ils le veuillent ou non, les influences de leur environnement : « l'homme vit dans la précipitation » (Le Voyage nocturne, 11).

Le droit islamique tient une position mesurée entre les intérêts collectifs et les besoins de l'individu, entre la fermeté des principes et l'évolution des modalités d'application, entre les droits et les devoirs : « Ainsi, nous vous avons constitués en une communauté axiale » (La Vache, 143).

L'originalité : le droit islamique possède ses propres caractéristiques, il ne se réfère à aucun droit antérieur. Il établit ses propres règles qui fixent ses objectifs de manière autonome. Il ne s'accommode pas aux coutumes des peuples autochtones quand celles-ci sont déviantes. Dans ce cas de figure, il intervient comme correcteur et réformateur. Il intègre les sociétés dans lesquelles il s'implante et transforme leurs habitudes.

La créativité : le droit islamique, conformément à sa qualité qui convient à toutes les époques et à toutes les zones géographiques, apporte des réponses nouvelles à des questions réelles. Il fonde ses principes sur des valeurs spécifiques qui lui permettent d'observer les choses d'un point de vue totalement inédit. Il refuse ainsi tout mimétisme dans ses applications pratiques et ses orientations idéologiques. 

En somme, le droit islamique couvre deux catégories de pratique dans la communauté musulmane. La première catégorie concerne les actes cultuels (relation avec Dieu) et la seconde catégorie concerne la pratique relationnelle (relations sociales). La première catégorie fut intégralement régulée par la révélation et n'admet aucune innovation. Quant à la seconde catégorie, elle fut régulée de manière générale par la révélation et laisse une liberté très large aux docteurs de la loi pour répondre aux nouveaux cas juridiques.

La pratique cultuelle est traitée en première position dans les ouvrages de fiqh. Les juristes lui accordent cette attention, car les actes cultuels ont une prédominance sur tous les autres. Ce sont les actes les plus sacrés que le musulman puisse accomplir pour se rapprocher de son Seigneur. Ces actes ont une dimension hautement symbolique. La pratique cultuelle couvre cinq grands sujets : la purification rituelle, l'accomplissement de la Prière, l'aumône légale, le jeûne du mois de ramadan et l'accomplissement du pèlerinage.

Dans cette rubrique, nous suivrons cet ordre pour traiter les différentes thématiques du droit islamique. Ainsi, nous traiterons d'abord la question des actes cultuels puis celle de la pratique relationnelle. Nous appuierons chaque avis par les arguments les plus convaincants. Naturellement, la Parole de Dieu et celle de Son Messager, paix sur lui, seront au-dessus de toutes les autres. En cas de positions conflictuelles entre les écoles juridiques sur un sujet donné, nous privilégierons l'argumentation la plus convaincante.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com