The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

LES VERTUS DU JEÛNE COMME RÉPARATEUR DE CERTAINES ADORATIONS ET EXPIATEUR DE CERTAINES FAUTES Spécial

Évaluer cet élément
(1 Vote)

 

Nous poursuivons notre promenade dans les jardins somptueux du jeûne pour découvrir ses innombrables vertus. Nous en avons déjà cité une vingtaine dans les articles précédents.

1. L‘invocation du jeûneur est exaucée : « Les trois personnes dont l’invocation est exaucée sont : le gouverneur juste, le jeûneur au moment de rompre son jeûne et l’invocation de l’opprimé. Cette dernière invocation Dieu l’élève au-dessus des nuées puis lui ouvre les portes du ciel. Le Seigneur dit alors : par Ma puissance et Ma majesté, Je t’apporte Mon secours immédiatement » (Ibn Mâdja, 3598).

2.  Une immense récompense attend celui qui nourrit un jeûneur : « Celui qui nourrit un jeûneur aura la même récompense que ce dernier et sans diminuer sa récompense d’un rien » (Tirmidhî, 1746).

3.  Le jeûne permet de réparer une partie du Pèlerinage : « Accomplissez le Pèlerinage communautaire (Hadjj) et le privé (‘umra) pour l’amour de Dieu. En cas d’empêchement majeur, recourez alors à une offrande facile. Ne vous rasez pas la tête avant que l’offrande ne parvienne en son lieu. Qui d’entre vous serait malade, ou souffrant d’une affection de la tête, sa rançon consistera en jeûne, aumône ou quelque sacrifice[1] » (La Vache 196).

4.  Durant le Pèlerinage, celui qui ne peut faire d’offrande a la possibilité de compléter son rite par le jeûne : « Une fois en situation de sécurité, à qui pourra jouir du pèlerinage privé dans l’attente du communautaire, alors lui incombe une offrande facile. Qui n’en trouve pas s’imposera un jeûne de trois jours durant le pèlerinage, et de sept après le retour. Soit au total dix jours pleins » (La Vache, 196).

5.  Le jeûne permet d’expier l’homicide involontaire : « Il n’appartient pas à un croyant de tuer un croyant, sauf si c’est involontairement. En cas de meurtre involontaire, libérez un esclave croyant et acquittez-vous d’une compensation à sa famille, à moins que cette dernière n’en fasse aumône. Si la victime est d’un peuple qui vous est ennemi, mais est croyante alors libérez un esclave croyant. Si elle est d’un peuple avec qui vous avez un pacte, remettez alors une rançon à sa famille et libérez un esclave croyant. Si le coupable n’a pas de quoi payer : qu’il jeûne alors deux mois consécutifs à titre de repentir agréé de Dieu » (Les Femmes, 92).

6.  Le jeûne permet d’expier le faux serment : « Dieu ne vous tient pas grief du verbiage de vos serments, mais bien de faillir à vos engagements. De quoi l’expiation consisterait assurer à dix pauvres une nourriture de la moyenne dont vous nourrissez votre famille ; ou bien leur vêtement ; ou encore à affranchir un esclave. Pour qui n’en aurait pas le moyen, un jeûne de trois jours s’impose pour expier la violation de vos serments, donc restez-y fidèles » (La Table garnie, 89).

7.  Le jeûne permet de réparer la faute du pèlerin qui chasse en état de sacralité : « Vous qui croyez, ne tuez de gibier en état de sacralité. Qui d’entre vous le ferait délibérément, sa sanction équivaudra en bête de troupeau à ce qu’il aura tué, au jugement de personnes intègres parmi vous et sous forme d’offrande directe à la Ka’ba. Ou bien une expiation, à savoir s’assurer la nourriture de pauvres, ou encore l’équivalent de cela en jeûne[2] : cela afin que le fautif goûte les tristes effets de son acte » (La Table garnie, 95).

8.  Le jeûne permet d’expier l’engagement pris de ne plus avoir de rapport intime avec sa femme : « Ceux qui porte l’anathème du dos[3] contre leurs femmes, et de surcroit voudront revenir à ce qu’ils se sont interdit, alors ils doivent libérer un esclave avant tout nouveau rapport, c’est à quoi vous êtes exhortés. Et Dieu sur tout ce que vous faites est Informé. À défaut de trouver les moyens, ils doivent un jeûne de deux mois consécutifs avant tout rapport ; ou faute de le pouvoir, ils doivent donner à manger à soixante indigents » (La Protestation, 3-4).   

9.  Le jeûne permet de réparer la rupture volontaire du jeûne durant le mois de ramadan par un rapport sexuel. Un jour, un homme confessa au Prophète (PSL) sa faute d’avoir eu un rapport sexuel durant une journée de ramadan. Le Prophète lui ordonna alors de jeûner deux mois consécutifs s’il en était capable, sinon il devait nourrir soixante pauvres (Al-Bukhârî, 1937).

        



[1] Les juristes ont relevé que ce sacrifice consiste à immoler une brebis.

[2] Cela va de trois jours pour une biche à 30 jours pour un zèbre ou une autruche (Hawmad, Ayssar at-tafâssîr).

[3] Cela revient à dire à sa femme qu’avoir des rapports intimes avec elle est aussi illicite qu’avec sa propre mère.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

« FRAPPER SA FEMME », QUE DIT VRAIMENT LE CORAN ?

« Quant à celles dont vous craignez l’outrage, exhortez-les, éloignez-vous d’elles au lit et corrigez-les ...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com