The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

L’AUMÔNE LÉGALE (AL-ZAKÂT) (1) Spécial

Évaluer cet élément
(3 Votes)

1. DÉFINITIONS

En langue arabe, le terme Zakât signifie au moins deux choses : la croissance et la purification. En effet, Dieu place Sa bénédiction dans les biens du croyant qui s'acquitte de cette obligation. Sur le plan spirituel, la Zakât contribue à la purification de soi contre l'avarice et la rapacité. La Zakât a pour objectif premier l'instauration de la solidarité et de la bienfaisance de manière institutionnelle dans la communauté. 

Dans le droit musulman, les juristes définissent la Zakât ainsi : il s'agit d'une obligation dont le croyant doit s'acquitter quand il possède de manière suffisante un type de bien particulier durant une année. La distribution de ces biens doit se faire à des catégories de gens bien précis.

La Zakât obligatoire se divise en deux parties distinctes. La première concerne les biens matériels tandis que la seconde concerne la purification spirituelle de l'individu. Cette dernière est relative à la rupture du jeûne à la fin du mois de ramadan (Zakât al-fitr). Dans cet article, nous parlerons uniquement de la Zakât sur les biens.

2. LE STATUT LÉGAL DE LA ZAKÂT

La Zakât est le troisième pilier de l'Islam. C'est donc une obligation incontestable pour tous ceux qui remplissent les conditions de son acquittement. Dieu dit au Prophète, paix sur lui : « Prélève sur leurs biens une aumône pour les en purifier, les épurer » (Le Repentir, 103).

Le Prophète, paix sur lui, dit : « L'Islam est construit sur cinq piliers : la double attestation de foi, c'est-à-dire attester qu'il n'y a de dieu que Dieu et que Muhammad est Son messager. Accomplir la Prière, s'acquitter de la Zakât, se rendre en Pèlerinage à la Maison sacrée, jeûner le mois de ramadan » (Al-Bukhârî).

Il dit également à Mu'âdh b. Djabal quand il l'envoya au Yémen : « Fais leur savoir que Dieu leur a imposé une aumône sur leurs biens, elle doit être prélevée des riches et redistribuée aux pauvres » (Al-Bukhârî).

L'obligation de la Zakât fait consensus dans la communauté. Les compagnons se sont accordés à combattre ceux qui refusaient de s'en acquitter. Son obligation est par conséquent attestée dans le Coran, dans la tradition prophétique et par le consensus de la communauté. 

3. LE STATUT LÉGAL DE SON NÉGATEUR

Celui qui nie le caractère obligatoire de la Zakât par ignorance, par exemple le fait qu'il ait récemment embrassé l'Islam, cette ignorance empêche son excommunication par les autorités légales, il doit simplement être renseigné sur ce pilier de l'Islam. En revanche, le fait de nier cette obligation en connaissance de cause constitue une violation des fondamentaux de la religion. Les autorités doivent le rappeler au repentir sincère, s'il persiste dans la négation, son excommunication doit être prononcée. 

4. CELUI QUI REFUSE DE S'EN ACQUITTER PAR AVARICE

La personne qui se trouve dans ce cas de figure commet un péché capital qui ne l'exclut pas de l'Islam. Les autorités légales doivent l'obliger à s'en acquitter, si malgré tout il refuse, la Zakât doit être prélevée de manière coercitive. Au cas où il oppose une résistance, il doit être combattu. Les compagnons ont combattu ceux qui ont refusé de s'acquitter de la Zakât après la mort du Prophète, paix sur lui. 

5. LES BIENS SOUMIS A LA ZAKÂT

Il existe cinq catégories différentes de biens au sujet desquels la Zakât est obligatoire :

Le bétail : il s'agit des camélidés, des bovins, des ovins. Le Prophète, paix sur lui, dit à ce propos : « Tout propriétaire d'un troupeau de chameaux, de bovins ou d'ovins qui ne s'acquitte pas de la Zakât à leur sujet, se verra le Jour de la résurrection devant ces bêtes qui seront d'une taille énorme et bien grasses, elles l'attaqueront avec leurs cornes et le piétineront avec leurs sabots. Chaque fois qu'il aura fini avec la première, ce sera le tour de la suivante » (Muslim). 

Les valeurs financières : à l'époque du Prophète, paix sur lui, la monnaie se présentait sous forme de pièces d'or ou d'argent. De nos jours, il s'agit de la valeur des billets de banque qui ont remplacé l'or et l'argent dans les échanges. Nous lisons dans le Coran : « Ceux qui thésaurisent l'or et l'argent, bien loin d'en faire dépense dans la voie de Dieu, annonce-leur un châtiment douloureux pour le jour où l'or et l'argent seront portés au rouge dans le feu de Géhenne, puis ils leur bruleront le front, le flanc, le dos : ''Voilà ce que vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Savourez donc ce que vous thésaurisiez...'' » (Le Repentir, 34-35).

Le Prophète, paix sur lui, dit également : « Tout propriétaire de pièces d'or et d'argent qui ne s'acquitte pas de son devoir verra ces pièces plaquées dans le feu au point de devenir rouges dans le feu de la Géhenne, ensuite elles lui brûleront le flanc, le front et le dos. Chaque fois qu'elles refroidiront, cette opération sera répétée durant une période équivalant à 50 000 ans » (Muslim). 

Les marchandises : il s'agit de la valeur des produits mis en vente dans le but de faire un profit. Dieu dit : « Vous qui croyez, dépensez des bonnes choses que vous avez acquises » (La Vache, 267).

La majorité des juristes s'appuie sur ce verset pour évoquer la Zakât prélevée sur les marchandises. 

La récolte : il s'agit de la cueillette des produits agricoles qui sont arrivés à maturité. Cela concerne toutes les céréales qui peuvent être stockées comme le blé, le riz, l'orge, etc. Cela concerne également deux types de fruit : les dates et les raisins secs. Dieu dit à ce propos : « Vous qui croyez, faites dépense sur les choses bonnes que vous aurez acquises et que nous aurons fait sortir pour vous de la terre », (La Vache, 267).

Il dit également : «Donnez-en le jour de la récolte ce qui est de droit » (Le Bétail, 141).

Les minerais : il s'agit de tout ce qui est extrait de la terre comme richesse. Cela concerne toutes les substances chimiques extraites du sol qui ont une valeur comme l'or, l'argent, le cuivre, le pétrole, etc. Les juristes se basent sur le verset précédent pour étayer cet avis : « Vous qui croyez, faites dépense sur les choses bonnes que vous aurez acquises et que nous aurons fait sortir pour vous de la terre » (La Vache, 267).

Enfin, il y a un consensus auprès des savants concernant la Zakât au sujet des minerais.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

OÙ L’ÂME SE REND-T-ELLE UNE FOIS LA PERSONNE ENDORMIE ?

  Ibn Qutayba écrit, dans son traité Al-Gharîb, que l'âme monte jusqu'au trône, si la p...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com