The best bookmaker bet365

The Best bookmaker bet365 Bonus

COMMENT DÉTRUIRE LES THÈSES DE L’ATHÉISME ?

Évaluer cet élément
(10 Votes)

 

Aucun athée respectant son intelligence ne peut nier l’existence du principe de causalité. Tout effet a forcément été provoqué par une cause. Tous les humains s’accordent sur ce principe.

Aristote distingue 4 types de cause pour une même chose :

1.   Sa forme

2.   Sa matière

3.   Son concepteur

4.   Sa finalité

Une chaise est par exemple d’une forme longue. Les matières avec lesquels elle a été fabriquée peuvent être le plastique, le tissu ou l’acier. Son concepteur est, par exemple, un fabriquant de chaises chinoises et sa finalité première est de servir pour se reposer.

La finalité de la chose précède sa conception et sa fabrication. Avant même qu’elle n’existe, la chaise était destinée dans l’esprit de son fabricant à une utilisation spécifique. L’athée ne nie pas ce qu’on vient de dire. Mais il se distingue du croyant sur la continuité du principe de causalité. Il considère que ce processus de cause à effet est perpétuel, il existe depuis l’infini. L’univers existe par une infinité de causes et d’effets.  

Sur le plan scientifique, cette hypothèse appartient au cimetière des théories fantaisistes. La communauté scientifique s’accorde sur le fait que notre univers a bien commencé dans le temps, comme le démontre la théorie du Big Bang. De plus, le concept d’infini n’a aucune réalité scientifique.

Les athées furent alors obligés de modifier leur argument au sujet de l’infinitude du principe de causalité. Désormais, ils affirment que la matière possède de manière intrinsèque une capacité à s’organiser de manière harmonieuse. La matière devient l’Alpha et l’Oméga de l’existence. Les scientifiques athées refusent toute explication finaliste de l’existence. Pour ces derniers, les choses fonctionnent ainsi sans poursuivre le moindre objectif.

Pour comprendre le raisonnement athée, prenons l’exemple d’un analphabète inculte. Est-il capable de prendre un crayon et de griffonner des lettres ressemblant plus ou moins aux lettres de l’alphabet ? Il a, en effet, cette capacité. En revanche, a-t-il l’aptitude à composer un ouvrage complet sur l’astronomie ? Cette mission dépasse de très loin ses capacités.

L’athée qui affirme que la matière, sourde et muette, est capable de créer toute seule l’ordre harmonieux qui règne dans l’univers est comparable à celui qui soutient qu’un individu qui n’a jamais rien étudié soit en mesure d’écrire des livres dans toutes les disciplines. Comment cette matière a acquis cette aptitude à s’organiser en des systèmes parfaitement agencés est une question à laquelle les athées ne veulent jamais répondre.    

Pour expliquer plus en profondeur le concept de l’agencement de la création, prenons un autre exemple. Imaginons que nous sommes dans un tunnel où on trouve deux morceaux de pierre. Le premier est quelconque et le second est travaillé de manière géométrique, et on constate que des signes sont inscrits dessus.

Devons-nous accorder la même importance aux deux pierres ? De toute évidence non, car la seconde indique qu’elle a été conçue par un être intelligent. On va même tenter de décrypter les symboles qui sont gravés dessus pour comprendre leur signification. On ne mettra jamais dans le même cadre un système harmonieux et une disposition quelconque. Cela va à l’encontre des principes les plus élémentaires de la raison.

La science physique nous fournit une somme considérable d’éléments qui permettent de vérifier que la nature obéit à des lois d’une précision extrême qui portent la marque de son Concepteur. Les savants de la doctrine musulmane ont relevé trois conditions pour déterminer ce que signifie l’agencement de la création :

1.   La présence d’éléments éparpillés et diffus

2.   La mise en ordre de ces éléments d’une manière précise

3.   La poursuite d’un objectif par cette mise en ordre

Prenons l’exemple de la voiture, elle est fabriquée par des milliers de pièces et chacune joue un rôle précis plus ou moins important. Il suffit de retirer une minuscule pièce du moteur pour que la voiture ne remplisse plus le rôle de ce pour quoi elle a été conçue. C’est exactement à cela que renvoie l’agencement intelligent. 

Les athées affirment que tous ces systèmes qu’on trouve dans la nature se sont constitués de manière aléatoire. Il a fallu plusieurs échecs pour arriver à cet ordre que nous constatons. Mais avant d’aller plus loin, c’est quoi au juste le hasard ?

Le hasard est un concours d’évènements et de circonstances inattendus ou inexplicables. Si vous jetez un dé par terre, sans trucage, le chiffre qui va sortir relève du hasard sur une probabilité de 1/6.

Pour expliquer l’apparition de la vie sur terre, les athées évolutionnistes nous disent que ce processus s’est réalisé sur une échelle temporelle très longue sans l’intervention d’aucun être supérieur. C’est ce qu’ils appellent la sélection naturelle. La nature se gère elle-même par la conjugaison de paramètres complexes. Les êtres vivants qui ont réussi à survivre jusqu’à nos jours sont ceux qui ont réussi à s’adapter à leur milieu sans pour autant être les plus forts.

Pour eux, il n’y a pas de finalité à la création. R. Dawkins compare ce système à une horlogerie conçue par un aveugle. C’est juste un mécanisme régi par la loi de la causalité. Chaque cause produit un effet et ainsi de suite jusqu’à l’infini. Pour lui, Darwin est une sorte de visionnaire qui a su expliquer la manière avec laquelle fonctionnent les vivants.

Le temps est le facteur clé dans toute cette explication. Pour l’athée, les choses se sont organisées sur une temporalité très longue sans avoir besoin de l’intervention de Dieu. W. Dembski, mathématicien américain et fervent défenseur du dessein intelligent, répond à cette thèse athée en s’appuyant sur la théorie de la complexité spécifiée.

Pour simplifier cette théorie, lorsqu’une chose est de nature complexe et traduit un projet cohérent cela signifie qu’elle est l’œuvre d’un être intelligent. Pour illustrer cela, prenons les lettres de l’alphabet. Quand on les isole, elles se réfèrent chacune d’entre elles à un son spécifique, mais elles ne traduisent pas une complexité. De même, ces mêmes lettres si on les pose côte à côte elles traduisent une complexité, mais elles n’ont aucun sens.

Il faut donc que la chose soit complexe et spécifique pour dire qu’elle provient d’une entité intelligente. Une œuvre complexe et spécifique est comparable par exemple à un sonnet composé par Shakespeare. Ces structures intelligentes on les trouve de manière infiniment plus complexe dans la nature. Ces structures comme l’ADN sont-elles le fruit du hasard ou d’une intelligence supérieure ?

Il convient de préciser également que le hasard n’offre aucun choix dans la conception des choses complexes. Suivant cette idée, les systèmes se sont formés de manière aléatoire sans volonté préalable. Aux antipodes de cette théorie, les croyants affirment que Dieu est libre dans ses choix, il n’obéit à aucun déterminisme. Il crée les choses selon Sa volonté.

Pour étayer leur hypothèse, les athées affirment que l’univers s’est formé durant une période suffisamment longue, estimée à 13 milliards et 700 millions d’années, qui a permis à la matière de se constituer elle-même puis de créer la vie. Pour eux, le hasard permet de valider cette conception.

Le paradoxe du singe savant est un parfait exemple pour réfuter la notion de hasard dans la constitution de l’univers. Ce paradoxe démontre qu’un singe qui tape au hasard sur un clavier à une vitesse supersonique en vue de produire une pièce de Shakespeare aura besoin de plus de 6 fois l’âge de l’univers pour y arriver. La probabilité de réussir pour ce singe est même inférieure à zéro !

Ce qui revient à dire qu’il est impossible d’écrire simplement une pièce de théâtre de manière hasardeuse. À ce stade, nous ne voulons même pas évoquer la complexité d’une cellule vivante, qui est un univers à elle seule. La théorie du hasard s’effondre de ce fait sur elle-même. Les athées doivent afficher profil bas et cesser de s’entêter dans des bavardages enfantins. Le hasard ne crée pas de l’ordre et encore moins un ordre dans le but d’assurer une fonction précise.

Pour éviter les polémiques inutiles, allons plus loin et appliquons la notion de hasard à la naissance puis à la formation de l’univers. Cette naissance s’est produite durant ce que nous appelons communément le Big Bang. Le hasard a-t-il eu ne serait-ce qu’un infime rôle dans ce processus ? Nous allons voir ce que disent les scientifiques à ce propos.

Au départ, l’univers était contenu dans une particule d’une taille minuscule. Cette particule contenait les quatre forces fondamentales que sont : la force électromagnétique, la force gravitationnelle, la force nucléaire forte et la force nucléaire faible. C’est à partir de cette explosion que les dimensions de temps et de lieu commencent à prendre sens.

D’un chaos total commence à se former un équilibre parfait. Cet univers aurait pu imploser si la force de la gravité était supérieure à celle de l’explosion primordiale. Inversement, si la force de l’explosion eut été supérieure à celle de la gravité, l’univers se serait effondré en un temps record inaccessible au sens commun, comme l’explique le célèbre scientifique R. Penrose.

Cependant, ce qui s’est produit était autre, les deux forces se sont neutralisées ce qui a permis à l’univers de se développer dans une certaine stabilité qui n’offre aucune probabilité rationnelle au hasard. L’univers devait soit exister de cette manière soit s’autodétruire, il n’avait pas d’autres alternatives.

De plus, cet équilibre précaire existe encore depuis ces origines lointaines qui remontent à 13,7 milliards d’années. On est bien loin de la ridicule expérience symbolique des singes qui tentaient de reproduire une œuvre de Shakespeare.  

L’argument de la création agencée suivant un ordre bien défini est exposé de manière abondante dans le Coran. Il ne cesse d’interpeller la raison pour observer la création dans son ensemble. Le ciel, les étoiles, le soleil, la lune, le vent, les montagnes, les nuages, la pluie, le monde animal ou le monde végétal sont des thématiques qui reviennent très souvent dans la démonstration coranique d’un Être supérieur et Tout-Puissant.

RSS Vimeo Twitter Facebook Moby Picture

Le VERSET DE LA SEMAINE

LES LETTRES DÉCOUPÉES ET LA CLARTÉ DU CORAN

L'une des critiques les plus utilisées par les orientalistes et les adversaires du Coran est de dire : comment concilier...

Le Hadith DE LA SEMAINE

CONTRÔLER SA LANGUE ET SES MAINS

D’après Abû Moussâ Al-Ash’arî, on demanda au Prophète, paix sur lui, quelle est la meilleure pratique de l’Islâm ? Il ré...

fatwas et conseils

FAIRE DES RÊVES ÉROTIQUES ANNULE-T-IL LE JEÛNE ?

Celui qui fait un rêve érotique, alors qu'il est en état de jeûne, ne récolte aucun péché et ...

Anecdotes et Citations

AU TEMPS OÙ LA PAROLE D’UN HOMME VALAIT DE L’OR

  D’après Abû Hurayra, le Prophète, paix sur lui, raconta cette histoire émouvante&n...

Retrouvez-nous sur Facebook

Profitez du magazine Islamique où et quand vous voulez. Abonnez-vous !

S'abonner à IslamMag c'est gratuit !

Connexion ou Inscription

SE CONNECTER

Inscription

Enregistrement de l'utilisateur
ou Annuler

Дървен материал от www.emsien3.com